Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Leprest (Allain)

Leprest

Tous ses pairs vous le diront, c’est l’un des meilleurs compositeurs français qui vient de choisir de nous quitter. Il s’appelait Allain Leprest et, s’il n’avait pas une exposition médiatique directe malgré ses albums, d’autres interprètes ont repris récemment (2007) plusieurs de ses chansons, tels Michel Fugain, Jacques Higelin, Daniel Lavoie, Sanseverino ou Olivia Ruiz, excusez du peu…

Allain (ou Alain, pour le showbiz) ne sera donc jamais vieux, alors que c’est l’étymologie même de son nom. En effet, Leprest est une «agglutination» de le-prest, forme italianisante (presti, presta, preste) du mot «prêtre», tout simplement. En français comme dans beaucoup de langues du bloc (géologique) européen, de l’albanais (prist) à l’allemand (priester) en passant par le danois (praest), l’islandais (prestur) ou le néerlandais (priester), ce terme de prêtre est une contraction du grec «presbutéros», dans lequel vous avez déjà reconnu le mot presbytère.

Presbutéros signifie ancien ou vieux, pas seulement au sens strictement biologique mais aussi, comme ici, spirituel (1). Le vieux, l’ancien, c’est souvent le sage, celui qui fait partie du Conseil. Le presbytère, c’est donc l’endroit où se trouve celui qui possède la sagesse spirituelle, à savoir le ministre de la religion, en l’occurrence catholique. On dit aussi la cure, du mot latin qui veut dire s’occuper -du salut- de quelqu’un (avoir cure), là encore d’un point de vue spirituel, ce qui donnera le mot curé, évidemment. Un curé est quelqu’un qui s’occupe (des autres), pas un organisme (ré)curé mais ce dernier mot est bien un composé de l’autre!

Reste à savoir comment on peut surnommer des gens «le prêtre», puisque, si le terme désigne bien un officiant religieux, on sait que le dogme catholique leur interdit toute descendance (on n’a pas affaire à un pasteur). Indépendamment du fait que la-dite religion n’a pas empêché nombre d’évêques ou de papes catholiques d’avoir de nombreuses maîtresses et donc des bâtards il y a quelques siècles, il s’agit là d’une démarche de comparaison avec les prêtres, lesquels donnaient, dans l’exercice du culte, une image…hiératique (ce mot d’origine grecque est synonyme). Très souvent, pour des gens du Moyen-Age, Leprêtre est celui qui, dans le village, se prend pour un prêtre, ou se donne des allures de prêtre. Il en sera de même pour les…Lepape, trop nombreux pour qu’ils soient de descendance biologique; l’expression « sérieux comme un pape », encore présente dans le langage courant, illustre assez bien ce procédé.

Si vraiment le terme vous gêne pour faire carrière (dans les médias par exemple), vous adoptez le prénom (dans votre Morbihan natal) de votre fils (Gildas), pour devenir Philippe Gildas ex-Leprêtre…L’affaire sera plus difficile si vous vous appelez L’Evêque et que vous êtes normand, sauf à avoir des ancêtres près d’un Pont et de vouloir réussir dans le fromage. Par contre, si vous êtes né gascon, vous pouvez garder le nom occitan de l’Evêque, à savoir Obispo, ce qui est beaucoup plus facile dans la musique, si vous vous prénommez Pascal.

Revenons pour conclure au sens initial de ‘prêtre’, dont la sagesse avait fait, avant même le sens religieux, le responsable d’un clan, d’une famille, bref quelqu’un qui faisait autorité dans son groupe et que l’on respectait. De ce point de vue, même s’il n’était pas le plus vieux de sa corporation, Allain Leprest en était sans aucun doute l’un des plus vénérés.

(1) sur le plan biologique, presbutéros a également donné son nom à la « maladie -des yeux- qui touche les vieux », la presbytie!.


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>