Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Liban, Beyrouth

…l’inconfort du port d’un masque («à cause de la chaleur»), au moins dans quelques cerveaux français? A part dans les gazettes portées sur l’économie (ou son absence) dans les pays du monde, il y a peu d’occasions de parler du ‘Pays du cèdre’; l’actualité en étant une comme une autre, au fait que signifie vraiment Liban? 

Malgré une première syllabe tentante, aucun rapport avec le surnom éventuel d’un pays ‘lib-re’ (1), pas plus qu’avec des ‘libations’ (beaucoup s’en faut), un mot construit sur le mot grec qui signifie une goutte, en général de vin et versée -plus abondamment- en hommage aux dieux.

Non, le Liban vient -étymologiquement- du latin Libanus, lui-même formé sur le grec Libanos, ce qui ne nous…cède pas grand-chose question origine. En fait, la formation du mot est bien antérieure à ces deux langues anciennes, puisque la structure de consonnes sur laquelle s’appuieront des voyelles venues ‘faire chanter’ (littéralement: vocaliser) cette base est la combinaison ‘l-b-n’, exprimée d’abord en Lubnan (arabe commun) ou Lebnèn (dialecte local).

Le futur ‘liban’ (nom commun) est donc issu d’un groupe de parlers régionaux, des langues dites ‘sémitiques’ répandues dans une large zone moyen-orientale actuelle, voire africaine (du Nord et de l’Est) (2). Pour de nombreux peuples de ces pays, la-dite racine sémitique évoque quelque chose de blanc; les chercheurs hésitent entre le lait, l’aliment primaire d’importance dans toute tribu, ou…la neige, celle du Mont Liban (what else?) puisque forcément très ‘remarquable’ par des gens qui vivent dans un pays aride. 

D’autres linguistes relient le nom du pays au ‘louban’, le nom local d’un arbre aux belles fleurs blanches, abondamment présent dans les montagnes locales, et qui produit l’encens, le parfum largement utilisé dans la culture sémite…Encore faudrait-il faire jaillir l’eau de quelque puits, ce qui fut peut-être à la…source de sa capitale, l’une des rares à garder le même son (à quelques variantes orthographiques près) dans toutes les langues du monde!

Bayrut, Beirut, Bairoute, Baïrut, Baijrut ou Beyrouth…toutes viennent du latin Berytus, lui-même copié sur le grec Bêrutos (oui, je sais, je vous l’ai déjà fait) ou…l’égyptien Berita, les mots utilisés dans l’Antiquité pour désigner ce port de la région de  Phénicie, premier nom du Liban et autres pays de la côte est-méditerranéenne (Israël et Palestine comprise).

Cette fois, c’est un mot d’hébreu qui serait à la base d’un phonème (un son) transcrit en ‘be’erot’, le pluriel de ‘be’er’, le puits.  Beyrouth, la ville des puits? En tous cas, malgré la grande proximité sonore, rien de commun avec…Bayreuth (dite Béreuthe, par certains français)!

Le spot bavarois de la ‘teuf à Richard’ (Wagner) s’analyse de façon très occidentale avec les racines -évidemment- germaniques ‘baïer-rung’; ‘baïer’, comme…bayern, faisant référence à la Bavière + ‘rung’, contraction de ‘rodung’ d’après le verbe ‘roden’ qui signifie arracher (de l’herbe ou des arbres) donc défricher. Bayreuth serait ainsi issue d’un village construit dans une clairière…

Pour terminer, je vais vous faire une (grosse) fleur puisqu’il s’agit d’un arbre, le fameux cèdre-emblème du Liban, liée à l’Histoire (3) du pays sur deux plans au moins: historico-symboliquement, c’est le bois dont les architectes auraient fait tous feux pour construire le Temple de Salomon à Jérusalem; plus techniquement, c’est le matériau (réputé léger et imputrescible) utilisé depuis toujours par les marins phéniciens pour assembler leurs vaisseaux.

Et vous savez quoi? ’Cèdre’ en français vient du latin ‘cedrus’, qui vient du grec ‘kedros’, qui veut dire…cèdre. Ou pin maritime. Ou même genévrier! En tous cas, un bois qui ‘sent’ (bon, si possible), dont la toute première racine est dite « origine inconnue » dans les meilleurs dictionnaires. Alors…

  1. Ca, c’est le Libéria, la terre d’Afrique ‘allouée’ aux esclaves noirs revenus (ou échappés) d’Amérique…
  2. Pardon aux historiens (et géographes) des langues pour cette tentative de résumé linguistique.
  3. Histoire récente: le symbole n’apparait -logiquement- qu’en 1943…

N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.