Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Font-Romeu (66)

FontRomeu

En fait, il conviendrait de parler de Font-Romeu, Odeillo et Via, les deux autres hameaux sur le territoire de la commune, une commune qui est toute “jeune” puisqu’elle a un peu plus d’un siècle d’existence “moderne”. Il n’empêche, il y a sur ce territoire ce qui explique le nom de la ville, à savoir un ermitage qui lui existe depuis l’an…mil, et qui fut un célèbre lieu de pélérinage à cause d’une statue de…la Vierge, décidément, les Pyrénées, c’est c’est très couru comme résidence divine!

Dans Font-Romeu, il y a deux mots, font et…romeù (prononcez quelque chose comme “rouméou”, mais rien à voir avec Juliette). L’un est un mot latin, l’autre plutôt catalan (en toute logique géographique!). D’ailleurs, sur le blason de Font-Romeu, petits indices faciles: il y a une source et…un pèlerin.

Fons signifie en latin la…source (non pas la fontaine, qui désigne la construction en pierre par laquelle coule la source, mais bon, l’équivoque n’est pas grave). C’est ce mot “fons” qui va donner naissance à tous les patronymes Lafon, Lafont, Lafons, Fontan, Fontaing, Foutaine, etc, sans compter les…Lafontaine; il y en a un d’ailleurs qui va se faire une fable, c’est un des curés du village, qui, en plein 18è siècle, va raconter qu’un bouvier du coin (c’est toujours des histoires de bergers et de bergères, jamais de comptables ou de banquiers), un bouvier donc voit un taureau quitter systématiquement le troupeau pour aller taper dans la pierre d’une fontaine, à l’écart des autres bêtes. Au bout d’un certain temps de ce manège, il va récupérer son animal isolé, et s’aperçoit qu’à l’endroit où frappe le sabot, se trouve une image de la vierge.Et c’est parti pour la légende de la “fontaine”, d’où la “font-romeu”. (heureusement que le taureau n’a pas trouvé des truffes, çà aurait été plus compliqué). D’où le caractère sacré de cette “font”…

Pour le “romeu”, c’est une autre paire de cornes. Je vous rappelle que l’autre symbole du blason de la ville est un pèlerin, ce qui “pose problème” selon un certain nombre de responsables touristiques, puisque, disent-ils, “ce n’était pas un axe de pélerinage”. Et pour cause! Or, logiquement, on peut penser que c’est l’un des pélerins qui vont venir en masse à la fontaine miraculeuse. Certes, mais alors pourquoi l’appellerait-on “le romeu”? Tout simplement parce que ce pèlerin, il existe bien avant la fontaine, car, tout comme on surnommait Jourde ou Jourdain ceux qui étaient allés en croisade jusqu’au fleuve où fut baptisé le Christ, le “Romeù” en catalan, c’est celui qui est allé en pélerinage à…Rome, “le romain” en quelque sorte, tradition “éclipsée” par la future couverture médiatique du Chemin de Compostelle, mais là, il faudra régler son GPS vers l’ouest!

Dernières petites précisions: Sur “ordre du Général de Gaulle”, il y a beaucoup de sportifs qui feront le pélerinage à Font-Romeu (ville pré-olympique), ce sont les sélectionnés des Jeux de Mexico en 1968, dont la future championne du 400m, Colette Besson (un temps réolaise)…Dans les années 1940, un autre (qui trouvait combien la montagne était belle) prit le chemin de Font-Romeu pendant l’Occupation: il s’agit d’un certain Jean Ferrat, lequel chanta sûrement pour les habitantes de Font-Romeu, les…Romeufontaines!


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>