Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

St Jean Pied de Port (64)

StJeanPieddePort3

Aucun rapport bien sûr avec les “pieds de porc” et la spécialité de la commune marnaise de Ste-Ménehoulde! Il y a dans ce nom de commune trois mots principaux: St Jean, le pied, et le porT. Il faut rappeler que nous sommes donc dans les Pyrénées-Atlantiques, pays basque “intérieur”, quelques kilomètres après St Etienne de Baïgorry quand vous arrivez par Cambo, ou avant, si vous montez de Mauléon.

Pourquoi St Jean? Et pourquoi pas (pour résumer), étant donné que nous sommes dans un coin “à saints”: Sans parler de St Jean…de Luz, on est tout près de St Martin d’Arrossa, en passant par St Jean le Vieux, St Etienne de Baïgorry donc, mais aussi Saugas-St Etienne, ou St Just Ibarre pour se rapprocher, la région rend hommage à l’un des personnages les plus puissants de la Bible. On trouve des écrits sur le noms de la ville dès le 12è siècle, et qui parlent d’un endroit intéressant parce qu’il est situé au pied d’un des cols les plus “faciles” pour passer les Pyrénées, et çà, çà intéresse les pèlerins de Compostelle, de plus en plus nombreux à se presser dans la vallée. Bref, St Jean Pied de Port, c’est un peu la dernière station avant l’autoroute espagnole!

Et puisque la ville est “au pied d’un col” (celui de Roncevaux, 1057m), elle est au pied-du-port, le “port” en gascon étant synonyme de passage, de col, pas du tout d’endroit “portuaire maritime”, bien qu’à l’origine l’étymologie soit la même! On repère beaucoup d’autres “ports” dans les Pyrénées, qui sont tous des cols plus ou moins hauts, plus ou moins aménagés, en tous cas des passages qui permettent de passer d’une vallée à l’autre ou d’un versant à l’autre de la montagne. Exemple: Port de Larrau (sur la frontière espagnole, entre vallée de la Soule et la Navarre), le col “plus haut que Larrau” (qui s’appelait d’ailleurs au 12è siècle…St Jean de Larrau!). Un peu plus loin, en vallée d’Ossau, on a affaire au “petit port”, le portalet (ou Pourtalet en “français”), ce qui constitue presque un pléonasme, puisqu’il faut comprendre le “col du petit col”… Sans parler d’un autre presque-pléonasme, celui du “col près du som-met”, le Som-port.

Voilà en tous cas de quoi avoir envie de débarquer à St Jean, le village au pied du col, et d’embrasser les saint-jeannais (ou donibandar, en v-o!)


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

2 commentaires au sujet de St Jean Pied de Port (64)

  1. Très intéressante l’explication du mot Port de St Jean Pied de Port. J’ai lu quelque part (La Comtesse de Pimbêche de Pierre Larrousse), que du temps des Romains, pour délimiter le contour d’une cité, ils attelaient un bœuf et une vache à une charrue et traçaient un sillon figurant les murs de la future ville. Revenu sur leur point de départ afin de ne pas fermer le cercle, ils portaient la charrue laissant place au passage d’entrée. D’où viendrait le mot de porte. Étonnant non ?
    Bien cordialement.

  2. …très intéressante, votre suggestion. D’autant que -forcément- le mot latin n’était pas « porte » mais « fores », mot semble-t-il directement emprunté au verbe « ferre », qui veut dire…porter! (célèbre verbe irrégulier des règles latines). Le mot aurait été remplacé, au cours du Moyen-Age, par « ostium » (qui va donner « huis »!), puis par porta (bas-latin, populaire), d’où le nom!

    Là où l’étymologie tient de la pirouette, c’est que, vos romains qui tracent un sillon pour la cité, ils délimitent… »l’enceinte » de la ville. Qui sera l’un des sens du verbe français « porter » (avoir une portée!).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>