Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Morbihan

Morbihan

Il ne vous aura pas échappé que nous sommes au 21è siècle, et que donc le moindre coup de vent arrête ou perturbe le fonctionnement des trains et des transports publics de certaines villes (la majorité des tramways des agglomérations de l’ouest atlantique!). Par ailleurs, comme s’en plaignent régulièrement les présentateurs météo, il pleut en décembre, la fin du monde est donc proche…Parlons hélas aujourd’hui d’une véritable catastrophe, que l’on jugera petite à cause de sa banalisation: un cargo ‘maltais’ s’est échoué sur les côtes du Morbihan (comment faisait-on au 18è siècle!?), et une pollution menace de souiller le golfe du Morbihan. Morbihan, quel drôle de nom…

Le mot paraitra évident au moindre lecteur bretonnant, peut-être un peu moins à d’autres, mais voilà une occasion de mentionner une ou deux particularités linguistiques collatérales (pour éviter d’utiliser ce dernier adjectif uniquement avec le mot « victimes »). Le Morbihan, département créé en…1790 (!) autour de l’évêché de Vannes, s’écrit en fait morbihan (la majuscule fait la différence), et représente deux mots bretons: mor+bihan. Pour une fois, on peut presque deviner le premier puisqu’il est l’équivalent du mot ‘mer’ en français; le second mot correspond à l’adjectif ‘petit’.

Le (la) morbihan, c’est donc ‘la petite mer’, description fidèle d’un toponyme constitué par le golfe de Vannes, lequel dessine bien une petite mer, par opposition à ‘la grande mer’ (mor-bras en breton) qui désigne évidemment l’océan atlantique…Si l’adjectif permet de qualifier un lieu, il va aussi servir à nommer un humain, ce qui va nous donner les Le Bihan (en général, en deux mots, même si l’orthographe Le Bian a circulé pendant un temps), autrement dit les Lepetit (en français), lesquels ne font pas que fabriquer du camembert. Le bihan, c’est donc le sobriquet d’un petit bonhomme, et là encore, signalons que, des dizaines de générations après le tout premier ancêtre, les porteurs du nom actuels peuvent très bien mesurer deux mètres (1), cela ne fera sourire personne, à part peut-être dans la campagne vannetaise!

Il existe même des diminutifs à Le Bihan (çà commence à faire vraiment très petit) qui marquent en fait une filiation, c’est à dire ‘le petit de Le Bihan’, autrement dit son descendant, avec le nom Le Bihannic (ou Biannic tout court, si j’ose dire). Très logiquement, le même ‘concept’ se retrouve dans d’autres langues: Même si en anglais on connait peu de patronymes «Small» mais plutôt des «Short» (des gens…courts, un peu l’équivalent de certains Courty en France, pas tous), on reconnaitra plus facilement les Lepetit allemand sous le terme de ‘Klein’ (2); en espagnol, on construira un diminutif directement sur le nom, en ajoutant une sonorité qui rappellera ‘nino’ ou ‘pequeno’…Se méfier des belges, car le «Smal» local (avec un seul ‘l’), est souvent une contraction d’un nom germanique (‘obscur’) qui est Semel, même s’il existe en flamand un adjectif qui est ‘smael’ et qui signifie…petit (au sens de mince, pour ne pas dire maigre, chétif, donc pas forcément en relation avec la taille.)

Une autre fois, nous parlerons des Legrand, ce qui ne manquera pas de nous faire prendre de la hauteur. En attendant, malgré cette menace de pollution, souhaitons aux résidents des côtes du Morbihan de dormir tranquilles d’un sommeil que les Anciens appelaient…la petite mort.

(1) la preuve, l’acteur Samuel…
(2) Encore un acteur, Gérard…


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>