Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Nutella

Nutella

Ainsi donc, il y aura un «amendement Nutella», qui permettra de sauver nos compatriotes de l’obésité, et l’orang-outang malais de la déforestation! Au-delà du ridicule de la démarche, même si elle est diététiquement recevable, il faut donc constater qu’on aura mis…soixante-cinq ans à s’apercevoir qu’il y a de la graisse de palme dans la mixture préférée de générations de gamin(e)s et donc forcément d’adultes. Haro donc sur la pâte à tartiner à l’italienne, car la marque a été inventée par les frères Pietro et Giovanni Ferrero, vous savez, ceux qui fréquentent les réceptions d’un ambassadeur qui va encore nous gaver avec ses boules en papier doré pendant toute la période de Noël…Conséquence: si vous arrêtez le Nutella, vous stopperez les plantations intensives de palmiers, cela s’appelle «l’effet -grand- papillon». Alors, avant que le pot ne disparaisse de la table, prenons une dernière bonne grosse cuillerée de graisse, histoire de connaître l’étymologie de Nutella. A votre avis?

L’une des premières réclames (c’est le mot adéquat) françaises en faisait une onomatopée, avec le slogan «Untel l’a, tu l’as». Beaucoup ont cru pouvoir attribuer le nom de la marque à une anagramme de ‘untel l’a', mais la réalité est évidemment plus concrète et moins casse-noix, puisqu’il s’agit en fait d’un terme ‘à l’italienne’, prosaïquement formé sur le diminutif du produit principal, la noix. Car une petite-noix, cela s’appelle ‘noisette’ en français, ‘nuss’ en italien, et ‘nut’ en anglais. Comme c’est cette dernière langue qui est la plus internationale, nos frères du Rocher décident de combiner ‘nut’ avec la terminaison ‘-ella’ (elle l’a, comme disait France Gall), et cela nous donne Nutella. Elémentaire, mon cher Ferrero.

Or, en France, entre 1947 et 1966, ce mélange noisettes-lait-cacao en poudre (à l’époque, on n’était pas obligé d’afficher les graisses et conservateurs), s’est d’abord appelé…la Tartinoise. C’était l’époque des tonkinoises, Françoise, Dauphinoise et autres Vittelloise, dans une folie linguistique de reconstruction nationale! Heureusement, on est vite revenu au coeur de la noix, ou plutôt des noix, vu le grand nombre de ‘nuts*’ dans la famille. Car dans Nutella, il y a ‘nux’, le premier mot latin qui est la base de tout, et çà n’est pas un mot à la noix.

Avant de désigner uniquement le fruit du noyer, ‘nux’ définissait, pour les romains, tout ce qui a une forme…d’amande, c’est à dire le coeur d’un fruit, quel qu’il soit. Autrement dit, le noyau. On retrouve ce mot de ‘nux’ dans le nom du tourteau parfumé que l’on fabrique avec beaucoup de sucre et autant de noix: la racine se transforme phonétiquement en ‘nugs’, puis ‘nougs’, pour donner évidemment le mot nougat. Le son originel peut également s’écrire ‘nucs’, ce qui donnera toute la famille nuc-léaire (le noyau de l’atome) et même la (mono-)nucléose (le noyau de la cellule).

En termes d’onomastique, c’est à dire proprement pour les noms de famille, on créera le surnom du propriétaire des noyers ou de son exploitant, avec Nougé, Nouger, Nouguès, Noguez et autre Noguey, tous ces termes étant plutôt implantés dans le sud de la France. Par ailleurs, le lieu où sont plantés les noyers va s’appeler (en patois), la ‘nougueyre’, ou, du côté de Toulouse, le…nouguero, qui donnera bien sûr Nougaro (comme Claude). A quelques tours de roue, dans le Gers, on a quasiment le même mot avec le circuit de Nogaro, forcément dessiné dans un endroit anciennement planté de noyers. Et quand il y en avait beaucoup, on utilisait un suffixe ‘augmentatif’, ce qui faisait (la) Nogarède, autre nom de lieu. Même étymologie pour la proche commune de Nogaret, et enfin, toujours en conservant ce ‘g’, on file vers le Portugal, où une famille Nogueira va légèrement franciser son nom en Noguera, celui de la chanteuse et actrice Hélena (la soeur de Lio), une brune à qui il ne faut pas casser les noisettes. Sauf étymologiquement.

(*) C’est évidemment aussi la racine de la barre chocolatée au lait fourré de noix (Nuts). Tout comme parait-il le donut, déformation de l’expression anglaise ‘dough-nut’ (pâte à noix). Mais comme l’ingrédient de base a bien changé, les américains prétendent que ce beignet huileux et troué évoque plutôt les ‘do-nut’, soit, en argot, (ceux qui ne) ‘font-rien’, autant dire en français ‘des trous du…’, illustrés avec précision dans la forme du gâteau. Mais, çà, c’est pas mes noix.


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

2 commentaires au sujet de Nutella

  1. Nul

  2. Génial cette article ! J’ai appris pleins de chose que je ne savais pas..Alors que j’ai 56 ans ! ( peut-être que pour vous ce n’est pas très vieux, pour moi si)
    Malgré cette article et tout ce que je lis sur le Nutella, je continuerais quand même à en manger !
    PS : Vous savez qu’il existe des pots de 3 kg !!! Génial

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>