Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Outrage

…le prochain degré de l’atteinte à l’autorité des maires, proposé par le ministre de la Justice, sera donc la qualification d’outrage, définition commune d’une atteinte à l’intégrité physique ou morale d’autrui. En foi de quoi, les outrages les plus poétiques étaient autrefois ceux de la vieillesse ou des ans dont il est irréparable (1), ou de…la consommation du poulet (2)!

On peut également outrager la raison, la religion ou la vertu (surtout au pluriel en faisant subir à quelqu’un des outrages qui ne sont pas toujours les derniers), et même outrager Paris qui saura s’en libérer. Bref, de multiples façons de  ‘passer outre’ une certaine limite, en l’occurence celle de la distanciation physique pour taper sur celui qui ne vous accorde pas ce que vous demandez.

A l’époque de Molière, on parlait encore ‘d’oltrage’, avant que le ‘l’ central ne se transforme, comme d’habitude, en voyelle ‘u’ (éternel exemple de ‘cheval-chevau’); et justement, cet ‘oltrage’ vient directement du mot latin originel de ‘ultra-cum’ (ou ultra-ticum, plus précisément), formé sur l’adverbe ‘ultra’ qui signifie au-delà.

Au-delà des limites (du supportable, en l’occurrence), ce qui signifie également , au sens le plus matériel, au-delà des frontières, d’où les outre-Atlantique, outre-Quiévrain et autre…ultra-marins (retour au mot latin!), afin de désigner quelque chose qui se trouve de l’autre côté d’une marque ou d’un repère.

Au 12ème siècle, un fantassin en mouvement ou un cavalier pouvait même ‘outrer quelqu’un’ sans lui faire subir d’outrage puisque le mot signifie encore tout simplement le dépasser (doubler sur la route, quoi), par exemple aller au-delà de la position du sprinter sur la ligne droite finale de l’étape du Tour de France.

C’est à l’époque de Montaigne que la chose se complique un peu, avec une équivoque pour le moins…’gonflante’ puisqu’elle fait confusion avec une ‘outre’, qui n’a strictement rien à voir avec une quelconque violence: il s’agit cette fois d’un mot latin qui désignait à l’origine un sac cousu dans une peau de bouc et qui pouvait servir à conserver autre chose que forcément de quoi se rafraichir le gosier (huile, vin, etc).

La meilleure preuve en est que cette outre découle -si j’ose dire- d’un autre mot latin qui est ‘uter’, celui qui donnera son nom à une forme de poche, elle aussi remplie d’eau mais qui donnera…naissance à l’utérus. Après ça, difficile d’aller outre, y compris étymologiquement.

  1. «…Pour réparer des ans l’irréparable outrage…» (Racine, ‘Athalie’, acte 2 scène 5)
  2. « Faire cuire des poules, c’est manifestement outrager la nature » (Voltaire, ‘Zadig’).

N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.