Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Palestine

Palestine titre

A l’ordre du jour du Parlement français, est inscrite une discussion sur la reconnaissance d’un état palestinien, d’après une proposition des députés PS. Le but de cet article n’est évidemment pas de s’attacher au fond (ni même à la forme, sans doute) du sujet, mais simplement, comme pour d’autres pays ou territoires déjà traités, à son étymologie. Car, depuis des décennies, vous avez entendu ce mot ‘aux Informations’, cartes, commentaires et analyses à l’appui. Mais, pour être (bien?) ‘informés’, sommes-nous pour autant (bien) ‘renseignés’ sur la racine de cette région du monde? A votre avis, Palestine…

On sait bien que plusieurs pays doivent leur nom à une (ou plusieurs) tribu(s) qui habitaient sur son sol (même s’il a été souvent modifié depuis leur création): les Francs, («les hommes libres») ont donné naissance à la France; les Alamans («All-a-mans = all the men, tous les hommes!) à l’Allemagne; les Brittons («les hommes qui construisent avec la pierre») à la (future Grande-)Bretagne; les Helvètes (puis les Suittes) à la Suisse; etc…Parfois, l’explication est plus inattendue, à commencer par le «pays des lapins», (Hispania, pour les Phéniciens, d’où) l’Espagne; ou encore «La petite Venise» (Venezuella, pour les navigateurs italiens découvrant un village sur pilotis sur le lac Maracaibo). Bon, on ne va pas faire comme ça le tour du globe, surtout pour deviner le ‘pays du sud’ (Viet-Nam) ou ‘le pays du soleil qui se lève’ (Ja-pon, en…chinois).

L’origine -linguistique- de la région palestine est presque aussi inattendue que ces quelques exemples. Précisons tout d’abord (voir l’illustration) que, contrairement à ce que comprend en général le téléspectateur moyen de la première chaine française, la ‘Palestine’ n’a rien à voir -territorialement- avec la ‘Bande de Gaza’, puisqu’elle se situe non pas sur la côte moyen-orientale mais dans les terres, et pour cause…

On admet généralement que le mot ‘palestine’ vient d’une vocalisation d’après une racine proto-sémitique (si vous êtes encore là, voici la traduction française en clair): Le plus loin (dans le temps) que l’on puisse remonter indique une racine ‘p-l-s’, essai de transcription d’un son datant de l’époque des Philistins. Sur cette combinaison de ce que nous lisons (nous) comme des consonnes, se greffent en fait des voyelles (la vocalisation), ce qui nous rapproche d’une prononciation ‘Palaïstinè’, forme déjà utilisée par les Grecs. Et que signifie cette racine très ancienne (‘proto-sémitique’ = avant l’hébreu, pour l’exemple qui nous intéresse)? Le terme évoque l’idée d’un peuple qui ‘envahit’ un territoire (sic).

En l’occurrence, il s’agirait des-dits Philistins (‘le peuple arrivé de la mer’), qui, abordant la côte au sud de l’actuel Israël (vers la Bande de Gaza, pour le coup), serait ‘remonté’ vers une large partie de l’actuelle Syrie et déjà connue des historiens grecs, précisément, sous le nom de ‘Syrie palestine’ (nom + adjectif), l’une des villes les plus importantes de cette région étant Jérusalem (au hasard), d’où la proposition d’une capitale palestienne dans l’actuelle partie Est de la ville.

Mais nous sommes alors environ en 150 après JC, et, en dix-huit siècles, la situation va énormément changer, y compris pour cette capitale aussi bien écartelée que très encerclée par différentes forces. D’où, probablement, son nom de Terre Ceinte. Au moins étymologiquement…


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>