Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Beltoise (Jean-Pierre)

Beltoise

Semaine tendue pour la nécrologie nationale, qui voit disparaître à son (dernier) tour l’un des plus fameux pilotes automobiles de sa génération. Jean-Pierre-Maurice-Georges Beltoise, le copain de feu François Cevert, portait un patronyme relativement rare, dont la souche initiale se trouve dans le Centre de la France (Orléanais-Touraine-Berry). De plus, l’étymologie de ce mot, qui s’écrit parfois Belthoise ou…Belletoise, n’est pas facile à mesurer. Et pour cause…

Pas besoin (et impossible) de chercher bien plus loin que belle-toise, telle est en effet la seule analyse possible de ce qui semble être un surnom, que l’on peut prendre dans les trois dimensions, d’où une certaine équivoque. Pour ‘belle’, pas de doute, il s’agit tout simplement de l’adjectif bien connu, qu’il faut prendre au sens figuré de ‘grande’ (et non de jolie), comme lorsque vous parlez d’un ‘beau morceau’ de viande, ce qui ne l’empêche pas d’être agréable à voir, en plus d’être épais.

En ce qui concerne la ‘toise’, on trouve au bout le verbe latin ‘tendere’, qui veut dire étirer (rien à voir avec de la viande…tendre, cette fois), mais aussi créer une tension (même racine) ou y résister. Quand le mot apparaît dans l’ancien-français, vers le 12ème siècle, il a encore son sens initial: la toise a alors une sacrée dimension (une belle toise!) puisqu’il s’agit d’une étendue de chemin, ou d’une distance parcourue pour mesurer une surface agraire. Plus modestement, on donnera le même nom au bâton qui servira à préciser ces mesures, plus facile à manipuler. Dernier sens possible à l’époque: la longueur délimitée par les deux bras écartés (pour ne pas dire…é-tendus!); vous avez remarqué qu’on est toujours sur un plan horizontal.

C’est à partir du 16ème et surtout au 17ème siècles que l’on passe en mode vertical, la toise devenant une mesure de hauteur, d’où l’expression ‘passer sous la toise’, c’est-à-dire estimer la hauteur d’une personne (le conscrit militaire) ou celle d’une structure. D’où, là encore, le verbe abrégé toiser, autrement dit regarder de haut en bas en se reculant pour apprécier (ou déprécier) la personne observée; en quelque sorte, mesurer son adversaire par exemple. Le dernier mot de la famille intervient au 18ème, avec l’entretoise (en un seul mot ou en deux), à savoir la distance occupée par un élément rigide chargé de maintenir la distance entre deux parties d’un meuble, d’un bâtiment, ou encore d’un…chassis automobile. En foi de quoi, l’écartement des roues d’un bolide de Formule 1 a forcément une belle toise, y compris étymologiquement!


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>