Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Ben Arfa (Hatem)

Ben Arfa

Après le foot, le foot: en parallèle aux derniers matches de l’Euro, le mercato d’été vient de se réveiller en laissant le PSG négocier (pour pas cher, il est gratuit car sans club, justement) l’embauche du footballeur ex-lyonnais-marseillais-niçois d’originer…méditerranéenne. Aucune retenue particulière dans cet adjectif très ‘générique’, vous devinerez sans peine que sa famille a émigré d’Afrique du Nord, où le patronyme est plus spécialement présent en Tunisie. Mais aussi sur d’autres rivages (proches), comme son prénom d’ailleurs.

Commençons donc par ce descendant d’un ‘fils d’Arfa’, le Ben qui précède ayant presque une fonction de préposition qui marque toujours comme vous le savez une filiation. Au rayon des techniques identiques, les célèbres sohn germaniques, zoon néerlandais (1), -sson ou -ssen scandinaves, Mac écossais ou O’ irlandais, sans oublier les -ez ou -es ibériques. Seul le français se complique la vie (et celle des précédents) en fabriquant des suffixes en -eau, -ot, -et, -ette; etc…Bref, Hatem est bien le fils de son père, et ainsi de suite pour quelques dizaines de générations avant lui; facile.

Voyons maintenant si le ‘prénom’, dont on voit bien ici que, comme son patronyme, il illustre une fonction de ‘surnom’, un Hatem que l’on retrouve aussi bien en Egypte ou dans d’autres pays, également sous les formes Atem, Hatim ou Atim (mais jamais atome, ouf)…Avec la marque du H davantage ‘maghrébine’, il place celui qui le porte sous la protection et lui donne les qualités d’un homme généreux et avisé , qualificatifs souvent attribués à un responsable (social), un référent (familial) ou un juge. Forcément ‘arfa’, donc.

Ecrit directement avec la voyelle A en initiale, le terme est plus usité en Egypte, sur la structure du son ‘th-m’ cette fois, sorte d’onomatopée (faites un petit effort) qui imite le souffle, pas celui du vent mais plutôt celui de l’homme ou d’un animal…Curieusement, on va retrouver cette combinaison évocatrice dans plusieurs cultures très différentes, aussi bien géographiquement que chronologiquement: dans l’ordre, les Grecs, avec le nom commun…’enthousiasme’, qui désigne très précisément le souffle divin (en-théos), l’inspiration spirituelle, avant de retomber quelques siècles plus tard au niveau des poumons de supporters excités dans les tribunes.

Idem avec le (très) vieil-anglais ‘ae-thm’, ainsi que plusieurs mots d’implantation…germanique comme l’actuel verbe ‘atmen’ (respirer), qui peut servir aussi bien à reprendre son souffle qu’à mesurer l’haleine de son voisin…Voilà en tous cas des auspices tout à fait appréciables pour à la fois apporter un jeu inspiré sur le terrain tout en économisant son souffle!

(1) parfois Von et Van, quand ce ne sont pas des -vraies- particules (le français De) ou de simples lieux de provenance (toponymes).

(2) Parallèle inattendu, mais étymologiquement fidèle: en français, une ‘femme qui sait’ (devinez quoi), qui a la sagesse, se dit une…sage-femme. Laquelle a le droit de n’être pas sage du tout, sans n’être pour autant qu’une Femme Savante, comme aurait dit JB (Poquelin-Molière)!


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>