Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Bolle (Muriel-le)

Bolle

L’objet de ce blog étant de suivre au plus près l’actualité pour en décrypter l’étymologie des patronymes, il y a eu beaucoup de questions au sujet du personnage-clé de retour à la Une dans  »l’affaire Grégory », la belle-soeur de feu Bernard Laroche récemment mise en examen par la justice. En effet, exceptés les habitants du nord de la France, qui percevront assez rapidement une origine proche même sans en saisir immédiatement le sens, toutes les autres remarques que j’ai reçues mentionnaient inévitablement un possible rapport avec un bol. Manque de bol…

…aucun lien, surtout linguistique, avec l’ami de votre petit-déjeuner, un ustensile d’origine assez pour ne pas dire très récente (fin du 18ème siècle) et incertaine dont le nom vient peut-être du latin médiéval ‘bolus’, lui-même emprunté au grec ‘bolos’ qui évoquait une bouchée ou une goulée, pas encore de céréales ou de chocolat. D’où l’idée de portions ou de paquets de matière dans un récipient (chez les Grecs, il s’agissait d’ailleurs de…mottes de terre).

Le plus surprenant est que deux racines -réelles, cette fois- se disputent la définition de ce mot, l’une et l’autre de souche germanique, donc apparues ‘chez nous’ approximativement entre les 5ème et 10ème siècles. Et le sens change du tout au tout!

La première s’appuie sur la syllabe ‘boll’ ou ‘bol’, qui signifie ami, et que l’on retrouve de nos jours sous des formes nominatives diverses dans les zones alsacienne-germanique voire flamande, dont Bollaert (comme l’animatrice radio-télé Faustine), composé de boll-(h)ard, l’ami(e) forte au sens de fidèle. Idem pour les familles belges du nom de Bollen et Bollens. A l’époque, la connotation précise des ‘boll’ concernait d’ailleurs des ‘amis de guerre’, autrement dit en français moderne des compagnons d’armes.

Côté français actuel, on va trouver le même mot sous l’orthographe Bollard ou Bolard, puis des Bolland (Boland) ainsi que des Boulard, Bouland et même Boulaud (quel travail!), après allongement du ‘o’ en ‘ou’. Curieusement, au fil des siècles, le contexte guerrier s’est parfois appauvri pour davantage donner à cet ami la notion de ‘frère’, pas au sens familial mais plus largement relationnel, que ce soit un voisin ou un collègue professionnel (et on dit bien aussi un…’frère d’armes’).

Hélas, l’autre racine concernée, et peut-être la plus fréquente, donne aux Bolle une signification qui tombe bien mal dans notre affaire, puisque, des deux côtés du Rhin, on y retrouve l’idée de…tromperie et/ou de mensonge! A la base, sans doute le même verbe germanique ‘bôlon’ (tromper), que l’on va utiliser pendant des siècles dans le vieux-français avec ‘bolâtre’ (bolastre), adjectif péjoratif pour désigner un voleur ou un dissimulateur, dont découleront justement les homonymes Bole et Bolle.

Ultime coup du sort: le précédent ‘bolos’ grec servait aussi à qualifier un ‘bol de poissons’, autrement dit le contenu d’un filet de pêche, qui avait pris inévitablement le sens figuré de…tomber dans les filets d’une machination. Quelle que soit la racine initiale, avouez que ça tombe particulièrement mal dans une histoire où l’on est censé chercher la vérité. Y compris étymologiquement!


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>