Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Cadot (Michel)

Cadot

Tous les noms ‘difficiles à porter’ n’ont pas obligatoirement une sonorité vulgaire ou évocatrice; le simple homonyme d’un mot connu (et souvent commun) risque de valoir quelques plaisanteries à son porteur…C’est probablement le cas du préfet de Paris, actuellement en première ligne pour interdire les manifestations et protéger les quartiers de la capitale. Cadot, un cadeau pour la capitale? Pas du tout, surtout étymologiquement!

En fait, ouvrons tout de suite le paquet (linguistique) de ce ‘cadeau’, qui apparaît au 12ème siècle en provenance d’un latin biern abîmé depuis longtemps, formé sur la racine « caput » qui signifie la tête, et dont l’un des dérivés ‘capitellum’, va donner le mot…capitale. Et qu’est-ce qui peut être capitale, à part une ville? Une lettre, évidemment, celle que l’on va trouver au début d’une phrase ou, encore plus enjolivée, en tête de chapitre.

C’est ainsi que, pendant deux ou trois siècles, un ‘cadeau’ va désigner un document particulièrement décoré, puis la décoration elle-même, et enfin, de façon plus générale, un objet précieux que l’on offre à une dame. Vu le prix des bouquins à l’époque, on pouvait donc se rabattre sur un gadget ou un petit poème pour la fête des Mères. Molière baptisera d’ailleurs de ‘cadeaux’ quelques pièces courtes dédiées à de belles (et puissantes) courtisanes. Et, à la fin du 18ème siècle, ne subsistera plus que le sens de ‘présent’, oubliant ainsi le pied de la lettre…

En fait, notre Michel n’a rien à voir avec ce (mauvais) jeu de mots, puisqu’étymologiquement, les Cadot sont une forme de…cadet, tout comme les Cadez ou Cadin et ses diminutifs Cadine et Cadinot. Cadet, comme le second fils de la famille? Exactement! Et d’où vient la racine qui désigne le gamin coincé entre l’aîné et le benjamin? Du latin…caput, transformé en captal, puis cette fois capdal, capdet, et enfin cadet.

Mais quoi? Ce n’est ni le chef de la famille, ni le premier de la lignée! C’est que, dans notre Histoire, si l’aîné héritait des biens et fonctions du père, et le benjamin d’une ‘vocation’ religieuse, le’ cadet était orienté vers l’armée. Or, au 16ème siècle, les…capitaines gascons de l’armée royale étaient généralement les ‘puînés’ (les cadets) des familles aristocratiques; d’où le terme. Voilà qui convient mieux à quelqu’un chargé de défendre la Ville!

Sighalons quand même pour terminer que certains linguistes voient dans ce ‘cadot’ un équivalent de…chiot (catellus en latin, devenu cadellus, cadellot, puis cadot; malgré les apparences, aucun lien avec un chat), tout ça pour ne pas dire un cabot. Si vraiment c’est la bonne racine, on espère que, pour un ‘préposé’ (définition latine de préfet) à la sécurité, c’est au moins un chien…de garde.


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>