Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Canet (Guillaume)

L’actualité de ce jour de printemps 2020 nous présente deux informations importantes et au moins exemptes de tout virus (numérique): l’envoi dans l’espace de trois astronautes (Russie: 2, Etats-Unis: 1) et l’anniversaire de l’acteur et réalisateur Canet (Guillaume: 47). Petit cadeau étymologique…

Canet est un nom du Grand Sud, puisque sa ‘souche sémantique’ vient des régions couvertes par les départements actuels des Pyrénées-Orientales, de l’Hérault ou de l’Aveyron, entre autres. La racine de ce mot est un terme latin tout simple qui est ‘canna’, qui veut dire le roseau. Une canne quoi, que ce soit une ‘tige à sucre’, un bâton en bois ou en plastique ou, par la suite, tout ce qui a un aspect rond comme une tige de roseau.

D’où le nom d’endroits où, à une certaine époque, poussaient des roseaux, à savoir tous les lieux-dits Canet ou Le Cannet, que ce soit dans la banlieue de Marseille, dans le Lot, le Cantal et jusqu’en Saône et Loire. Même explication pour les lieux ou les noms espagnols type ‘(Las) canillas’ ou ‘Canillo’, et évidemment pour la ville française de Cannes (1)

Pour rester sur l’image du roseau, il y a donc la pousse creuse que l’on peut presser pour en extraire le suc; ou l’épice venue d’Orient que l’on obtenait en grattant sur l’arbuste une écorce en forme de tube, la cannelle. Et encore le petit gâteau caramélisé dont le contour évoque un moule aux formes gondolées, le…canelé (2).

Sans compter tous les mots dérivés de cette idée de tuyau (végétal ou pas) quelle que soit sa dimension, comme un conduit pour faire passer l’eau, une cana-lisation; ou plus large encore pour s’ouvrir aux bateaux, un canal. Seule exception, le…canari, dont tout le monde sait qu’il s’appelle ainsi parce qu’il vient des iles espagnoles « Las Canarias » qui portent ce nom non pas parce qu’il y avait des roseaux sur les rochers mais…à cause des ‘chiens-(canas)-de-mer’, à savoir les phoques!

Mais alors, qui de la cane, la femelle du canard? A l’origine, elle ne s’appelle pas ‘cane’, mais ‘asne’ en ancien-français, du latin ‘asna’, le canard (sexes indifférenciés chez les animaux, qui sont de genre neutre chez les Latins). L’ajout du ‘c’ initial n’est pas très clair; sans doute une volonté d’éviter l’équivoque avec ‘asinum’ qui deviendra, lui, ‘l’asne’ puis l’âne!

Voilà qui éclaire (le plus intelligemment possible) l’origine de l’expression « passer du coq à l’âne ». En effet, le temps a appauvri la valeur -et surtout l’exactitude- de cette suite de mots, laquelle était, à l’origine, « sauter le coq à l’âne » ou plus précisément encore « faire sauter le coq sur l’asne », ce dernier mot n’étant pas l’animal qui brait évidemment, mais donc l’ancien nom de la…cane. D’où alors une certaine possibilité (y compris biologique!) de faire « saillir -sauter- la cane par le coq », situation incohérente car leurs caractéristiques génétiques ne se mélangent pas, d’où l’idée de ‘passer d’une idée à l’autre sans logique’.

Il fait dire que la langue ne (nous) facilite pas les choses, puisqu’il existe bien un canet qui vient cette fois du nom d’une petite cruche, ainsi appelée parce qu’elle avait un bec verseur dont la forme rappelait celui du canard évidemment. Le mot date du 14è siècle, mais en 1730, on pouvait l’utiliser pour désigner une bouteille; or, dans les années 1870, un brasseur de l’Est de la France va récupérer le mot pour en faire ‘la-petite-bouteille-qui-contient-de-la-bière’, une…canette (qui n’a plus de bec verseur depuis bien longtemps, surtout en métal!).

Et comme ‘canet’ avait déjà une forme diminutive (le -et final), une canette peut également être un petit…caneton femelle, très apprécié avec des olives, par exemple. Et ce n’est pas fini: sur la même racine, comment appelle-t-on un mauvais cheval? Un cana-sson, celui qui court comme un canard (c’est une image). Ou encore, quelle est la race de chiens qui aime l’eau comme les canards? Les can-iches (officiellement: la race des barbets (3).

Finalement, le seul qui soit resté dans la droite ligne du roseau est un (très) gros tube de métal capable d’envoyer des bombes à distance, que l’on a conservé grâce à un mot italien du 16ème siècle, le can-on(-ne)! Pour une fois, voilà un article qui casse vraiment trois pattes à un canard. Mais pas à un Canet.

(1) Voir aussi des détails dans l’article sur la cité du cinéma en tapant le mot dans le champ de recherche.

(2) Parfois (abusivement mais logiquement) écrit ‘cannelé’, justement.

(3) Rien à voir avec les canaris donc, même si, dans certains Salons canins, on en voit des jaunes (et des roses)…


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.