Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Castex (Jean)

Castex

« Spécialiste de rien donc compétent en tout »…a lâché l’autre soir un journaliste sur une chaine (dite) d’informations. Le résumé lapidaire concerne un ancien élève de l’ENA, diplômé de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris, ex-Président de la Chambre des Comptes d’Alsace et néanmoins maire de Prades (Pyrénées-Orientales) réélu au premier et à ce jour seul tour des élections municipales catalanes. Le challenge (en français, défi) de notre homme? Coordonner, sur mission du Premier Ministre, les scénarios d’un « déconfinement progressif ». De quoi monter dans les tours du château, au moins étymologiquement.

La souche familiale et donc linguistique a en fait davantage à voir avec l’Occitanie que le Grand-Est, une Occitanie à prendre dans les grandes longueurs qui sont celles de la chaine de montagne franco-espagnole puisque l’on retrouve de nombreuses variantes de ce patronyme, depuis les Pyrénées-Atlantiques jusqu’en Ariège en passant par le Gers ou les Landes.

La version phonétiquement la plus proche est sans doute le ‘Casteig’ béarnais (prononcez ‘castechh), puis le Castets landais ou girondin (prononcez Castetss) et enfin le Castet parisien (évitez de prononcer le ’t’ final, encore que…). L’orthographe terminée par un ‘x’ dénote plutôt une influence catalane, en tous cas celle d’un dialecte ou d’un parler voisin comme les quelques Casteix de facture typiquement périgourdine voire limougeaude.

A l’origine de tous ces mots, il y a le surnom emprunté à un ‘castel’ (ou castell, castelli, etc), vestige du latin ‘castellum’ qui s’est transformé en français moderne en ‘château’(1). Cette fois, il s’agit vraiment d’un château ‘fort’, bien loin de la silhouette de Chambord (ou plus modeste, selon votre budget) mais plutôt d’une construction renforcée, une ‘redoute’ comme on dit dans le Nord, assez petite et destinée à recevoir des armes.

Du coup, en fonction de l’aspect ou de la fonction du-dit castel, on pouvait distinguer ceux qui étaient construits récemment, les Castelnau (contraction de nouveau (2); ou, au contraire, les Castelvieil (à votre avis?); les Castelbon (un emplacement efficace, ou résistant); les Castelsarrazin (le château qui a résisté aux Sarrazins? Qui a le style de l’architecture sarrazine? Ou qui porte le nom de son fondateur Sarraceno?); les…Castelbajac, du nom d’un probable propriétaire nommé Badius (3); ou encore le diminutif Castelot (le petit château), comme feu l’historien André. Etc, etc…

Il faudrait plusieurs pages pour citer toutes les variantes de ce castel dans les différentes langues (essentiellement romanes, plus -pour une fois- le ‘castle anglais). Et quelques-unes encore pour raconter les divers avatars que le mot latin va subir à la fin de l’Empire romain: en effet, l’idée de refuge fortifié va se transformer avec un sens plus péjoratif d’asile ou de repaire, y compris de brigands!

Heureusement, on trouve aussi quelques mentions d’abri de montagne (des chalets) et surtout, dans le genre utilitaire, celui de château…d’eau, de quoi stocker quelques milliers d’idées potables dont Jean Castex saura bien abreuver nos gouvernants. Etymologiquement bien sûr.


(1) Castellum > chastel > châtel > château
D’où également toute la déclinaison des Chatelaillon, Chatelguyon, etc…

(2) En version italienne Castelnuovo, comme un certain Nino que vous connaissez forcément: l’acteur qui joue le jeune militaire amoureux de Catherine Deneuve dans ‘Les Parapluies de Cherbourg’!

(3) En latin BAJIUS, d’où ‘bajiacum’ (puis bajac), le domaine de Bajius


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>