Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

chanoine (du Latran)

chanoine

Le mot a (re)fait irruption à la Une des médias en provoquant quelques vagues de (faux) débats sur la laïcité républicaine à l’occasion de cette cérémonie d’investiture éminemment diplomatique d’Emmanuel Macron en ‘chanoine du Latran’, les uns arguant de la tradition historique, les autres frémissant à l’idée que leur président puisse être également ‘curé’ d’une église romaine…Voyons ce que cache -étymologiquement- ce chat-noir politique, mais d’abord, le titre est-il ‘du’ ou ‘de’ Latran?

Les deux votre Sainteté, puisqu’en fait le Latran est un ‘extra-territoire’ du Vatican dans Rome, une sorte de quartier (d’après le nom latin d’une ancienne famille romaine) sur lequel est édifiée l’église (en fait, une basilique) ’de’ St-Jean-du-Latran (et un palais voisin), d’où l’équivoque somme toute négligeable (1). Notre Emmanuel (pardon, Monsieur le Président) est donc dignitaire de l’église du quartier en question, où furent signés -par Mussolini- les célèbres ‘Accords’ du même nom en 1929, faisant du Vatican un Etat.

On ne va pas pour autant se mettre dans tous les nôtres, car ce qui nous intéresse est donc l’analyse de ce ‘chanoine’, diplôme accordé sans grand risque, puisque seul postulant et unique récipiendaire, à tous les successeurs d’un roi français qui avait décidé d’accommoder à la sauce béarnaise une abbaye du Lot-Garonne en cadeau au pape (davantage intéressé par les revenus du territoire que par l’architecture locale).

Bref, en remerciement, le Saint-Père offre au roi un trône privilégié dans sa basilique romaine, et voilà pourquoi, d’Henri IV à Emmanuel 1er, les souverains français sont devenus des amants de St-Jean (du Latran). Aucune responsabilité religieuse là-dedans, si ce n’est de devoir suivre ‘régulièrement’ les offices. C’est d’ailleurs sur la racine de ce mot que tient toute la fonction, puisque la définition d’un chanoine est juste de suivre la ‘règle’ de l’Eglise (ou de l’église, si congrégation locale).

Comme à son origine, le chanonat (2) n’oblige donc pas à un état religieux mais seulement à l’observance des règles d’une communauté, mais les laïcs (souvent des notables ou des nobles) devenant moins nombreux au fil des siècles, le sens s’est essentiellement fixé sur les membres ecclésiastiques restant, d’où la connotation quasi-systématiquement religieuse actuelle.

L’étymologie vient d’ailleurs confirmer le sens premier de simple participant ou auditeur laïc, puisque chanoine vient du latin ‘canonicus’, de la même famille que le droit ‘canon’, qui n’a rien à voir avec une prérogative militaire mais avec la définition d’une règle, d’une procédure ou d’une loi particulière à un groupe (pour l’Eglise, ce sera celle de St-Benoit, de St-François ou de tout autre figure, par exemple).

Et, comme souvent, le mot latin avait été lui-même emprunté au même son grec qui veut dire…tige de roseau. Quel rapport? Il suffit de regarder la chose: le dessin d’une barre droite qui s’applique également à une pièce métallique (aussi rigide qu’un règlement intérieur) comme un barreau de prison ou un fléau de balance; puis, au sens figuré, aussi bien une règle de grammaire qu’une ligne (de conduite) à suivre, un modèle, donc la ‘simple’ conformité à un principe de vie, sans pour autant avoir prononcé des voeux séculaires (autre que la religion politique en l’occurrence).

Sachant que les chefs de l’Etat français cumulent également par tradition la même fonction honorifique dans nombre d’autres églises nationales (et dont on parle moins, comme Le Mans, Angers, Lyon, Cahors, Poitiers, Tours, entre autres), voilà qui devrait largement inciter à la méditation et remplir les riches heures de nos valeureux élus. Au moins étymologiquement.

(1) Exemple, Notre-Dame ‘de’ Paris est aussi celle ‘du’ 4ème arrondissement (un peu tiré par les cordelettes, mais bon…)

(2) Rien à voir avec le château de Giscard d’Estaing en Auvergne


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Un commentaire au sujet de chanoine (du Latran)

  1. Bonjour,
    Je me permets de vous signaler cette page où vous apprendrez tout (ou presque) sur les « saints » (pluriel, abréviation, majuscule…) : http://www.orthotypographie.fr/volume-II/saint-symbole.html
    Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>