Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Chicot (Etienne)

Chicot

Quelques médias ont eu la bonne idée (et la politesse) de saluer la disparition prématurée de ce grand comédien, dont la filmographie -certes, souvent pour des rôles dits seconds- tient dans un minimum de quatre pages que ne refuseraient pas beaucoup de ses confrères. Acteur mais aussi scénariste, compositeur et…chanteur (le premier Zéro Janvier dans le ‘Starmania’ des années 70, c’est lui), l’artiste, de naissance normande, avait un certain…chic, pas du tout chiqué.

Difficile en fait d’aborder ce patronyme sans penser aux nombreux commentaires de cour d’école qui n’ont certainement pas manqué, en raison du nom commun homonyme préféré de votre dentiste, lequel n’a rien à voir avec l’état-civil de notre homme. Arrachons donc immédiatement la racine de ce mot, un diminutif marqué par le suffixe ‘-ot’, qui prend donc le sens de ‘petite chique’, en réalité une histoire de…boule.

Le son originel de ‘chic/k’ vient en effet d’un verbe d’ancien-allemand (schicken) qui signifiait envoyer. D’où, dès le 16ème siècle, l’idée d’un jeu de boules (une sorte de pétanque germanique) pour lequel je ne vous fais pas de dessin. Le plus surprenant vient immédiatement au siècle suivant pour désigner…une puce ‘pénétrante’, à cause de la forme (une petite boule) que formait l’insecte sous la peau! Puis, au sens (presque) figuré, le terme concerne tout ce qu’on pouvait jeter, dont le résidu d’une rumination de tabac en crachant, la chique.

Il se peut même que l’idée du ‘chiqué!’ sorte du même jet (si j’ose dire) pour qualifier quelque chose de déjà pré-mâché donc un effet préparé à l’avance, d’où le sens péjoratif quand il s’agit d’un effet de spectacle raté…Plus généralement, le chicot (en tous cas, celui-ci) restera pour nommer un petit morceau cassé ou tombé de quelque chose, comme une pièce de bois arrachée d’un arbre ou le dernier reste d’une dent cariée.

D’autres penchent plutôt pour un ‘chic’ qui n’est pas que parisien puisqu’il viendrait d’Espagne, d’après un ‘chico’ (ou ‘chica’) qui veut dire petit. Au 19è siècle (donc tardivement) ce ‘chicqué’ prend alors chez nous le sens de ‘fait petit-à-petit’, donc fabriqué avec soin, donc de bonne qualité et élégant, donc chic!

Mais ce n’est toujours pas la souche linguistique de notre Etienne, dont la provenance (native) normande justifie la présence historique de termes germains et/ou scandinaves dans la région, parmi lesquels les deux adjectifs reconstitués suivants: ‘sig’ (la victoire*) + ‘hard’ (dur, fort). La première forme a donc été un ‘sighard’ vite francisé en Sicart ou Siccard, suivi par des dérivés régionaux comme Sicaud, Sicault et Sicot.

Ne reste plus qu’à prendre en compte un effet de chuintement sur ce mot prononcé dans certains parlers (pas que auvergnat ou ch’ti) et on arrive à un Chicot bien plus adéquat en ce qui concerne le franc succès (la forte victoire) de sa carrière. Ce qui ne l’empêchait pas d’être également chic quand il le fallait, sauf étymologiquement bien sûr.

(*) souvenez-vous d’un salut en ‘Sig Heil’ de sinistre mémoire


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>