Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Clain (Fabrice)

Clain

On a l’actualité qu’on peut; celle du moment se résume à l’annonce répétée (et prudemment non confirmée officiellement) de la mort d’Abu Adam Al-Faransi, jihadiste français né à Alençon (Orne) auquel la justice réclamait des comptes à grands cris (et maintenant à corps) au sujet des attentats sur le territoire en janvier 2015. Le moins qu’on puisse ajouter est que l’opération terroriste, elle aussi, avait fait grand bruit…Eh bien, tout cela est très cohérent, au moins étymologiquement!

A toutes fins utiles, Clain n’est pas la transcription sonore d’un Klein germanique (Petit) mais un patronyme bien francophone (et plus fréquent encore sur l’île de la Réunion, l’une des souches familiales); c’est la forme moderne du mot d’ancien-français ‘claim’, qui évoquait un cri, ou mieux des cris qui forment alors inévitablement une…cla(i)meur, un bruit collectif provoqué dans diverses circonstances.

En fait, chez les Romains, la signification est celle qu’il a gardée dans le répertoire anglo-saxon (to claim), à savoir celui d’une plainte et plus précisément d’une plainte en justice qu’il faut déposer en allant faire entendre sa voix auprès des autorités. L’idée est celle d’une revendication formulée de façon forte (voire un ton au-dessus pour les plus gueulards) afin de faire reconnaitre son bon droit dans un litige, civil mais pas que, car…

…en latin, le tout-premier sens est celui d’un cri, carrément; un cri humain mais aussi animal, que l’on peut faire pour plusieurs raisons: d’abord pour faire peur à son adversaire (et ce, bien avant d’en arriver à la barre) puisque ce ‘claim’ va donner le mot clameur, c’est-à-dire le cri de ralliement que l’on pousse au moment où l’on se rue sur l’armée ennemie en dévalant la colline.

Vient ensuite une évolution plus positive (encore que) apportée par nos Romains, la clameur qui encourage quelqu’un, que ce soit pour …ac-clamer le vainqueur de la bataille lors de son triomphe ou pour vociférer la condamnation à mort d’un gladiateur vaincu. Ce qui fait que pendant plusieurs siècles, la seule clameur que l’on retiendra sera une dimension de cris hostiles, autrement des huées (autour d’un ring de boxe, dans les travées de supporters de football ou dans les rangs du meeting politique de votre choix).

En raison de cette connotation, on trouve donc un certain nombre de théories faisant des Clain des braillards mais aussi des…geignards, des plaintifs (pour reprendre l’idée de plainte) à savoir des gens qui ont une tendance à…ré-clamer pour tout et n’importe quoi, bref qui font des histoires pour un rien, quitte à menacer d’aller tout de suite devant les tribunaux. Rajoutez-y également le substantif un peu suranné mais très fort de ‘réclame’, la version de la pub certes préhistorique mais qui avait pour rôle de vous casser les oreilles (et la tête) jusqu’à ce que vous alliez acheter le produit vanté.

Et on n’en sort pas vraiment avec les verbes dérivés de la même racine: après acclamer et réclamer, il faut rajouter ‘déclamer’, l’action qui consiste à réciter un texte à voix suffisamment haute pour bien se faire entendre; sans oublier la réaction sonore à la suite d’une surprise qui fait que vous vous ‘ex-clamez’, un effet que l’on marque généralement dans une phrase par un point d’exclamation qui peut être également final…


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>