Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Cooper (Bradley)

Cooper (Bradley)

Pour commencer l’année en beauté, et après notre nouvelle Miss France (cf Wespieser), voici celui qui a été élu par un magazine américain (what else?) «l’homme le plus sexy de la planète», l’acteur Bradley Cooper. Le beau barbu originaire de Philadelphie a été vu dans beaucoup de séries tv, avant d’être remarqué au cinéma (il s’agit donc d’un Trip pas si Very Bad que çà). Francophile, et remarquable francophone (bien davantage, en tous cas, que la majorité des français ne sont anglophones), l’homme a un patronyme très simple mais qui en dit beaucoup.

Car les noms anglo-saxons aussi ont une étymologie (souvent bien plus ‘basique’ que les français); si d’ailleurs on devait traduire systématiquement les noms des stars américaines, la chose manquerait souvent sérieusement de glamour: Thomas Jean pour T(h)om Hanks (déformation de Johan, puis Hans); Thomas le Dragueur pour Tom Cruise; Gracieuse la Tueuse pour Grace…Kelly (irlandais issu de ‘to kill’); Jean Salegueule pour…John Kennedy -sic!- (de l’irlandais, encore); Antoinette Virage pour Tina Turner (pour éviter de dire Tina la Tourneuse); Jeanne la Rousse pour Jane Russell; Matthieu Confiance pour Matt Dillon; Annie Chef-de-Clan pour Annie Lennox (celte), ou encore Marie-Hélène la fille du fleuve pour…Marylin Monroe (du celte, puis gallois), etc…

Plus simple est l’étiquette de l’ancêtre Cooper, puisqu’il correspond à un nom de métier. Ce serait trop beau si l’équivalent français était…(le) coupeur? Eh bien si, sauf qu’il faut prendre le terme au sens latin originel, la ‘cupa’ désignant pour un romain un tonneau. Le coupeur (en vieux-français), le cuypers (version flamande) ou le cooper (anglais) étaient donc des surnoms donnés à des tonneliers (pas des buveurs, des fabricants!). Comme Bradley, son prénom, vient du vieil-anglais «brad leah» (littéralement: la rue de la…braderie), vous voyez bien que Bradeur Tonnelier, ‘çà le fait’ quand même moins que Bradley Cooper!

Certains noms du nord de la France, les Copard ou Copart peuvent également être dérivés de la même racine, bien qu’ils évoquent le plus souvent des gens «à la cîme» (coppa avec deux p), donc grands, comme dans l’espagnol Copado.

Mais ce son ‘cooper’ ou ‘couper’ en a décidément beaucoup dans le tonneau, puisqu’il existe un homonyme qui est le mot d’ancien-français encore (mais un autre), la ‘cope’ ou la ‘coupe’ qui désignait une mesure, de grains le plus souvent. Ce qui a donné naissance à un certain nombre de familles Copet ou Coupet (comme le gardien de but, Grégory), tout autant que les Coupé ou…Copé (comme Jean-François, actuel secrétaire général de l’UMP). Voilà des gens distingués peut-être pour leur sens de la mesure…à part que ce soit pour encore une autre raison: on trouve en effet des Copé dont le nom vient du ‘cop’ ( = un petit coup de…cloche donné par un sonneur). Voilà qui me dispense donc de tout commentaire et qui sonne le glas de cette première chronique de l’année.


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>