Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Le Corbusier

Corvusier titre

«Les grands systèmes ne durent que 70 ans», disait l’autre jour un politologue averti au sujet de quelques dictatures sur la planète; manifestement, c’est également le temps qu’il aura fallu pour faire tomber quelques résistances sociales et esthétiques sur l’architecture puisque l’oeuvre de Le Corbusier vient d’être reconnue patrimoine de l’Humanité par l’Unesco...

Bon, il est vrai que les réalisations bien concrètes du ‘fada’ ont plutôt été mal accueillies par une population (marseillaise) quelque peu surprise, à la sortie de la 2ème Guerre Mondiale, par les structures visionnaires de celui qui entendait réorganiser la vie d’une cité (radieuse) en ‘Unités d’habitations de grandeur conforme’; conforme aux panneaux de béton sans doute, mais pas tout à fait aux plans d’un génie plus tard dénaturé en HLM de (bas) étages.

Or, son patrtonyme est également une construction originale puisqu’il s’agit du pseudo de Charles-Edouard Jeanneret (le ‘petit-Jean’), de souche (maternelle) helvétique, zone où l’on trouve fréquemment ce nom. En fait, par souci de discrétion (de son propre aveu), il choisira celui d’un ancêtre d’origine belge surnommé ‘Corbésier’ et le tour est joué, y compris semble-t-il à quelques auteurs de pages-web un peu expéditifs qui voient dans ce surnom un rapport avec le…totem indien du Corbu, autrement dit un corbeau.

Vaguement soutenable d’un point de vue étymo, l’hypothèse est plutôt arbitraire et n’a rien de logique puisque, d’un point de vue linguistique, Corbusier, Corbésier, Corbisier ou Corvisier sont bien des formations d’origine nordique (ou nordiste), issues des parlers picard et wallon, ce qui les rend déjà un peu plus cohérents avec l’ascendance du bonhomme. Et comme vous savez que cette grande région (jusqu’aux Flandres) fut pendant longtemps possession…espagnole, il s’agit bien de l’adaptation du terme hispanique ‘cordoba’, adjectif qui signifie ‘de Cordoue’.

Et qu’y avait-il de particulier à Cordoue? Des artisans qui savaient travailler le cuir pour en faire des lanières (de chaussures), autrement dit des ‘cordouaniers’ rapidement devenus ‘cordonniers’ en français (‘de Paris’) et des Corbusier & compagnie dans le Nord, avec ce -ier final caractéristique des noms de métiers. Lesquels sont d’ailleurs proches cousins des Corvisart, nom rendu célèbre (sur les plans de métro) par le médecin personnel de Napoléon 1er. Le plus étonnant est que la branche qui a conservé le ‘v’ (naturellement prononcé ‘b’ dans le contexte espagnol) va également donner des Corvisy, Corvaisier et même Courvoisier, dont un certain Félix fera du cognac charentais l’alcool officiel du Second Empire. De quoi ouvrir une précieuse bouteille pour trinquer à la santé du Corbusier, y compris donc étymologiquement!


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>