Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Dalin (Charlie)

…y compris et surtout quand il n’y a pas d’événement (forcément dramatique) pour intéresser les caméras, même embarquées. Depuis plusieurs jours, le leader de la course est un skipper français de naissance havraise – Le Havre, bel endroit pour se reposer (1) – au nom assez facile à décrypter bien que d’une apparence simple mais éventuellement déconcertante.

Beaucoup supposent en effet à ce patronyme (et à tort) une origine anglo-saxonne (prononcez ‘deïline’); j’ai même trouvé des exemples de ‘fantasmes’ lui donnant comme explication une déformation de…darling! Bon, ça n’empêche pas d’aimer Charlie quoi qu’il en soit, car on n’obtient pas mieux avec une très imaginaire prononciation française ‘enrhubée’ de…malin (!), même si on ne doute pas qu’il faille parfois ruser pour sillonner les mers vers la victoire. 

Le seul point positif de cette dernière rumeur est la sonorité du mot, puisqu’il s’agit bien d’un très francophone ‘dalin’ que vous devez prononcer cette fois comme Dalain, autrement dit une possible et familière ‘agglutination’ de D’Alain. Comme pour de très nombreux autres noms de famille, il y aurait alors suspicion de filiation, c’est-à-dire un moyen de désigner le (ou un) fils d’Alain…

D’autant que la côte normande – y compris étymologiquement- a vu passer (pour ne pas dire débarquer) dans son Histoire de nombreux peuples venus du nord de l’Europe, et pas que des navigateurs vikings à la recherche d’un…havre. Parmi les chevelus touristes, il y avait de blonds géants à la beauté ‘surprenante’ (dixit un historien latin) venus au 6ème siècle, via la vallée du Danube, de la zone de Crimée actuelle (des Russes, quoi), descendants dit-on de tribus scythes soit le nord de…l’Iran.

Dans le cyclone des peuples de l’époque, on a appelé ces gens-là les Allains, terme d’inspiration germanique formé sur la racine ‘Adal’ qui signifie noble (2). Ils sont donc aussi à l’origine, au moins étymologique, des Allen (bretons), Allin, Allins, Allyns (flamands) et même Allaine (on en perd sa respiration)…Dès lors, qu’on y mette un ‘L’ ou deux ne change rien à l’affaire, et voici les Alin, Alinet (diminutif), Alinot et Alanic (bretons, encore), jusqu’au succès d’un ou plusieurs saints – deux Bretons ou trois Occitans – qui rendront définitivement célèbre le prénom que vous connaissez.

Or, il se peut que tout cela soit trop facile pour être vrai, car il existe une étymo- peut-être beaucoup plus -logique qui renvoie en particulier les Dalinet et Dalinot (et donc forcément les Dalin) de l’autre côté de la Manche. Car ce Dalin, tout comme les Dalen (Finistère), serait plutôt probablement une importation du gallois ‘Dylan’, nom d’un héros de la mythologie locale, formé sur un mot qui évoque…la mer! 

D’où le (second) nom de baptême du chanteur et compositeur folk Robert Allen Zimmermann dit Bob Dylan, adaptation américaine de d’Allen, autrement dit, pour reprendre la symbolique de la légende galloise : ‘le Fils des vagues’. Franchement, on ne peut pas rêver mieux comme coïncidence pour un navigateur, y compris donc étymologiquement! 

  1. Bien que de racines légèrement différentes (un dérivé du flamand pour le nom de la ville, un terme scandinave pour l’abri côtier) d’où la présence -ou pas- de l’accent circonflexe, l’idée est à peu près la même: un hâvre est toujours un endroit paisible dans une baie où l’on peut se réfugier en cas de tempête, maritime ou psychologique.
  2. Voir l’avant-dernier article sur Azibert. Et beaucoup d’autres en connexion…

N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.