Sauvé par Neil Armstrong et Johnny Halliday? La disparition de l’animateur de télévision est passée d’autant moins inaperçue qu’elle est intervenue à un moment d’actualité tellement creuse que ses anciens détracteurs se sont cru obligés de lui tresser toutes les couronnes dont ils ne lui avaient réservé que les épines de son vivant. Ressortez vos archives: pas la moindre trace d’un confrère de Jean-Luc s’engageant à longueur de colonnes dans un journal pour défendre les choix éditoriaux (puis moraux) du producteur; à l’époque, personne ne serait descendu…dans la rue pour soutenir Delarue.

Car l’étymologie est bien là, et elle a l’air simplissime: l’origine des De-la-rue, c’est réellement ce que l’on entend en prononçant le mot, c’est à dire une histoire de rue. Or, la racine de ‘rue’, c’est le latin « ruga », c’est à dire…une ride. Voilà qui va précisément nous donner la bonne direction, car la ride en question, c’est la trace que dessine un passage, une voie, ou plus tard une route, en passant au milieu d’un paysage où il y a (éventuellement) des maisons. En clair, si l’on veut exactement se figurer une rue, il ne faut pas penser à une voie ‘urbaine’ au sens où on l’entend aujourd’hui, mais plutôt avoir à l’esprit ces hameaux du Far-West perdus au milieu de nulle part et qui servaient de théâtre aux duels entre cow-boys. Autant dire que, dans ces villes-là, il n’y avait qu’une seule et unique rue!

Transposons maintenant l’image dans la campagne normande ou picarde du Moyen-Age, et vous aurez une petite idée de ce qui a généré ce patronyme. De nos jours, « l’homme de la rue », c’est le premier venu, n’importe qui, celui qu’on interroge en lui tendant un micro quand on n’a rien d’autre à se mettre sous la caméra; ou, pire, c’est parfois « l’homme dans la rue », autant dire un clochard, celui n’a pas de ‘domicile fixe’, puisqu’en général il n’a pas de domicile du tout…Mais, il y a quelques siècles, « l’homme de La rue », que l’on va distinguer avec une majuscule, était un propriétaire qui avait la chance (et les moyens) non seulement d’avoir une maison mais aussi d’habiter sur La rue, autant dire ce qui deviendra plus tard l’artère principale et le lieu de passage de la future ville.

Exemple: si vous parlez à un étranger de «La» rue à Paris, c’est forcément les Champs-Elysées et pas une autre. Idem pour quelques autres grandes villes du monde. Le sens s’est donc complètement inversé, et le nom Delarue était donc une marque de statut social puisqu’ il n’habitait ni la campagne, ni les faubourgs, ni les ‘petites’ (!) rues, mais au minimum (au coin) de la ‘Grande’ rue, autant dire là où il faut être vu, où l’on pouvait payer son loyer rubis sur l’ongle.

Je sais que la chute est tirée par les cheveux (courts), mais puisqu’on parle d’ongle, savez-vous que ce mot est devenu récemment un prénom? En effet, tout la planète média vous a parlé de la disparition de l’astronaute Ongle (naïl) Armstrong, et non pas Neil (nil), ce qui a bien fait rire (et sursauter) quelques touristes américains rencontrés au hasard des rues…