30è anniversaire de la disparition de Patrick Dewaere…L’occasion vaut ce qu’elle vaut, mais elle donne au moins l’opportunité d’analyser l’étymologie d’une personnalité connue de tous, et d’aborder des sujets un peu moins consensuels que la Une actuelle des media: «Fera-t-il beau en Juillet?». Car Dewaere, le patronyme, est aussi intéressant que l’était l’acteur, tant d’un point de vue d’usage que d’origine linguistique. L’état-civil du héros des ‘Valseuses’ donne d’ailleurs le tournis: Patrick dit Dewaere a commencé sa carrière en jouant de petits rôles sous le nom de Maurin, alors qu’il s’appelait…Bourdeau. Explication(s).

Commençons par le commencement, et par son -finalement- véritable nom: Patrick Jean-Marie Henri (il a bien fait de choisir le premier prénom) s’appelait donc Bourdeau, forme de diminutif localisé sur tout l’arc atlantique, en majorité autour de l’estuaire de la Loire et en Charente. Dans ces régions, le bourdeau est le surnom d’un homme qui raconte des…bourdes, au sens où on l’entendait à l’époque classique, c’est à dire des mensonges. La bourde, c’est en fait une histoire que l’on monte pour tromper quelqu’un; puis un mensonge; et enfin, de nos jours, une erreur. En fait, ce dernier sens découle du précédent: faire une bourde, à l’origine, c’est être obligé d’inventer une excuse (fausse, le plus souvent) pour masquer un échec ou une maladresse. Progressivement, l’histoire a disparu au profit -si l’on peut dire- de l’erreur elle-même. Au final, surnom pas très sympathique donc, du moins étymologiquement, qui n’eut pas l’heur de plaire beaucoup au jeune Patrick, sans compter une possible sonorité équivoque avec Lourdeau, peu recommandable chez les artistes…

Il est vrai que le premier nom de scène de l’acteur avait été celui de sa mère, Mado Maurin, par ailleurs elle-même comédienne très demandée pour des seconds rôles au cinéma mais surtout en télévision. De Maurin, peu de choses à dire (ou à rajouter) tant vous trouverez sur ce site des déclinaisons de Maure, Mauro, Maurin, toutes variantes de l’idée du ‘maure’, c’est à dire le surnom de quelqu’un à la peau mate, parfois basanée mais en tous cas bronzée. Le maure est, en Occitanie, le symbole de l’homme du sud (et pas du monde arabe comme on le lit de temps en temps de façon caricaturale), tel que représenté sur le drapeau corse (la tête de maure). En zone de langue d’oïl (au nord de la Loire, schématiquement), Mauro va devenir Moreau, par simple francisation de l’écriture, mais le son et l’étymologie sont les mêmes.

Ce sera au moment de se choisir un ‘vrai’ nom personnel, en pleine époque ‘Café de la Gare’, qu’il abandonnera le nom de sa mère et qu’il apprendra le nom de son véritable père, qui n’est en fait pas l’homme qui l’a élevé. D’où la volonté de rechercher et d’adopter le patronyme de…son arrière-grand-mère maternelle, dont les ancêtres flamands portent le nom de Dewaere, enfin. Le répertoire flamand fonctionne (dans ce cas) comme le français: tout comme Dupont désigne celui qui habitait près du-pont, Dewaere se compose de deux mots: de-waere, soit un article de provenance, qui va s’agglutiner au terme qui le suit + une racine.

Les interprétations divergent sur le sens réel à donner à ce nom: d’un point de vue strictement linguistique, il est logiquement l’expression de (celui qui habite près) du-canal (de-vaerde, en fait); le mot ‘vaerde’, canal, ayant été déformé par l’usage, surtout en passant dans une autre langue, en l’occurrence le français. Le ‘w’ serait resté pour attester de la provenance flamande; beaucoup de proches de l’acteur affirmaient d’ailleurs que l’orthographe n’était pas fixe, et qu’on hésitait souvent entre Dewaere et Devaere…

Patrick lui-même laissait courir la ‘légende’ qui attribuait à ‘waere’ (sans aucune modification d’orthographe) le sens (réel et précis) de ‘vrai’, en flamand. Traduction donc : «Je suis Le Vrai», symbole psychologiquement important pour celui que ses demi-frère et soeur ont parfois considéré comme l’étranger (le ‘faux’) de la famille? Le seul inconvénient de l’histoire, même si elle serait belle, c’est que, techniquement, De-Waere signifierait précisément Du-Vrai. Du vrai quoi? Pas très facile de trouver une logique à un tel surnom. Mais on veut bien accorder à la mémoire de Patrick le titre d’Acteur Pour de Vrai. Y compris étymologiquement.