Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Fignon (Laurent)

Fignon

Fignon est un patronyme à mémoriser (garder en mémoire, c’est, d’une certaine façon, honorer cette mémoire!); à l’origine, il y a un mot, un adjectif fignon donc, puis le fignon, nom commun avant de devenir « propre » (sauf quand il faut changer la roue en pleine montée). Il s’agit probablement d’un surnom, avec une forme de diminutif, un « hypocoristique » comme on dit, un diminutif affectueux. La marque de ce diminutif s’exprime ici avec la terminaison «-on ». En effet, à côté d’autres suffixes comme « -eau » (un arbrisseau, un petit arbre) ou « -et » (propret, mignonnet, simplet), on a souvent utilisé cette forme pour désigner un « petit quelque chose ou un petit de quelqu’un. Exemples, dans tous les domaines: comment appelle-t-on un petit gars?…Un garçon (littéralement, un gars-on!); une petite carafe? Un carafon; une petite girafe? Un girafon; ou encore un petit coin (de pain), soit quigne en ancien-français? Un quignon évidemment…Vous voyez, vous en savez des choses! Continuons avec les humains: Comment appelle-t-on, familièrement, le fils de son papa? Son…fiston (auparavant: filston); Ou, dans certaines régions, l’héritier de son père, le Fils-on, qui va devenir cette fois le…Fillon (ou FIllion parfois), autrement dit le surnom de l’ancêtre d’un Premier Ministre de la République.

Tout çà pour dire que Fignon, c’est un petit-figne. Reste à savoir ce qu’est ce « figne », qu’on ne comprend pas de façon évidente au premier abord. Rien à voir avec une déformation de « figue » (au cas où…). Il s’agit tout simplement d’une transformation un peu appuyée du mot « fine » (mince, élancée, le féminin de fin, quoi!), probablement pour des raisons de prononciation dans certaines régions. A Marseille ou en Bourgogne, parfois en Auvergne, même avec des accents différents, on a pu « nasaliser » ce « n » de Finon et le prononcer Fignon.
On se retrouve donc avec l’adjectif « fin », lequel signifie, depuis le 14è siècle, fin au sens de rusé, de habile, donc plutôt au sens figuré qu’en sens propre cette fois (ce qui n’oblige pas les Fignon à avoir du gras autour de la taille pour autant, d’ailleurs, Laurent ne risquait pas!) . Quoi qu’il en soit, il faut donc prendre ce fignon comme un « fin » limier, ou une « fine » bouche. Fine s’est donc tout simplement un peu transformé, avec différentes influences de prononciation, en « figne ». D’ailleurs, si vous écrivez les lettres suivantes: o-n-i-o-n, et que vous les prononcez, vous allez vite visualiser..oGNion! (Et même Oignon, pour respecter l’orthographe, mais ceci est une autre histoire). Ici, le phénomène est le même. De plus, à une certaine époque, « fin » avait également le sens, comme aujourd’hui en partie, de « délicat, sensible, bref…ra-fin-né, composé avec la même racine! » Nous voilà de retour à notre « fin » stratège de la poursuite cycliste. Je ne sais pas si c’est son nom de…finot qui avait valu à Laurent le surnom de « Intellectuel du peloton », mais elle était déjà tout à fait justifiée, y compris étymologiquement.


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>