Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Gandolfi (Barbara)

Capture d’écran 2012-10-02 à 15.17.30

Enfin le peuple est de retour! Ou bien, comme on dit en français, le ‘people’, puisque -funeste semaine- Jean-Paul a largué (dit-il) Barbara, autrement dit Belmondo s’est séparé de Gandolfi, bien que l’ex-candidate au titre de Miss Belgique soutienne le contraire. D’abord, «c’est celui qui dit qui l’est», voilà qui nous changera quelques instants des déclarations politiques, sociales ou sportives dont l’actualité fait son menu quotidien. Par ailleurs, on ne peut pas dire que le couple ait dédaigné les Une des magazines lors des années passées; alors, pourquoi ne pas saisir l’occasion pour scruter le sens réel de leur patronyme respectif? Le résultat ne manque pas de sel…

Un mot quand même sur Belmondo, surnom facile que tout le monde comprend comme ‘l’homme du beau monde’, sauf que, précisément, cela ne signifie pas grand’chose en étymologie. A la limite pourrait-on restreindre ‘monde’ au sens de ‘personne’, et supposer qu’un belmondo signifie ‘beau mec’, ce qui conviendra sans doute à toutes les femmes qui ont vu « A Bout de Souffle » (1959) à vingt ans. Sauf que la piste ne mène à rien, puisqu’il faut également rajouter à ce beau monde les Belmondi, quelques Belmont, qui nous amènent tous à un patronyme non plus de consonnance italienne (bel-mondo) mais…germanique, qui est Bermont, Bermond, Bermondi et enfin Bermondo!

Le phénomène linguistique qui permet cette ‘déformation’ s’appelle un rhotacisme, et cette alternance entre les consonnes L et R est assez classique. De fait, Bermond(o) se rattache alors au germain Bermund (ber+mund), c’est à dire l’ours (ber) et la protection (mund). Celui qui protège l’ours ou l’ours qui protège? Voilà qui peut être interprété comme ce rôle de patriarche familial si cher à tous les séducteurs de l’écran (Delon, Belmondo, Gabin, etc…). N’en déduisez aucun cliché sur le caractère difficile ou le physique imposant de l’ours Belmondo pour autant.

Quant à la demoiselle Gandolfi (je sais, le terme est définitivement illégal, mais qualifie encore certaines variétés de libellules au corps fin et aux pattes allongées), son nom est également d’apparence (et de localisation actuelle) très italienne, mais il est pourtant à son tour germanique! Gandolfi, Gandolfo, Gandolfini (en Italie du nord et en Corse), ou encore Gandolfe et Gandolphe (en français) sont tous dérivés du germain Gandulf (gand+ulf). La racine ‘gand/gant’ fait référence à…une oie sauvage, complétée par un suffixe pouvant à la fois évoquer un lieu (de passage) ou une personne (un chasseur?). D’autre soutiennent que ce ‘gand’ pourrait se rapporter à une petite branche, pour ne pas dire un bâton, et même une…baguette magique.

Si les oies savaient faire tourner leur baguette magique pour séduire un ours, çà se saurait non? Audiard l’avait bien dit: «il ne faut pas prendre les enfants du bon dieu pour des canards sauvages». Sauf étymologiquement peut-être.


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>