Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Garros (Roland)

morane-saulnier-l-garros

Le nom que je vous propose aujourd’hui n’a rien à voir avec le tennis, et pourtant il s’agit de Garros, et, contrairement à ce que supposent beaucoup de joueurs de salon, Roland Garros n’était pas un as de la raquette, mais du manche à balai.

En fait Garros, parfois écrit Garos, peut avoir deux origines, l’une assez peu fréquente mais possible, qui remonte au terme occitan qui désigne le chêne. D’où l’idée de garrigue, terme surtout utilisé en provençal, qui trouve sa raison dans ce type de terrain avec un sol sec, caillouteux, et pas entretenu, et dans lequel poussaient naturellement des chênes particuliers au bassin méditerranéen. D’où également la petite fraise qui pousse en terrain sinon sec du moins argileux, la…garriguette.

Plus intéressante pour nous en Aquitaine est l’orthographe GaRos, qui vient d’un son qui est “kar” ou “gar”, une racine très ancienne, bien avant le latin ou l’occitan, et qui signifiait l’idée de grosse pierre, de rocher. Du coup, le sens a dérivé vers le très gros rocher, disons la montagne, avec une pente conséquente pour faire dévaler une source. De là est née la “rivière du rocher”, la Gar-onne! Encore une fois, ce symbole remonte à l’époque des invasions barbares, il est donc difficile de le certifier, mais on rapproche du même “concept” le Pic du Gar (dans les Pyrénées), voire, avec le son “K”, le village de Caresse (P-A), et même la ville de Car-cassonne, tous, des lieux ayant un rapport avec un amas de pierres ou une situation géologique particulière.

Voilà qui nous a fait prendre de l’altitude pour retrouver notre brave Roland Garros, qui était natif de l’Ile de la Réunion où avaient émigré auparavant des ancêtres du Sud-Ouest, et qui est venu à Paris dans les années 1900 pour faire de la mécanique…automobile, avant de se spécialiser dans l’aviation. A la déclaration de guerre en 1914, jeune engagé, il décolle régulièrement d’un terrain d’aviation de la région parisienne, à Issy les Moulineaux, un endroit qui deviendra plus tard…le “Court central”, rien que çà. Et ce qui va le rendre célèbre, c’est l’invention de la première mitraillette en vol, en synchronisant le monomoteur à hélice de son avion avec le chargeur de son arme (l’arme était fixée derrière le pilote, au-dessus de sa tête, valait mieux éviter de prendre en pleine figure les balles en ricochet…). Malheureusement, à peine deux ans plus tard, son propre avion est abattu lors d’un combat aérien, mais voilà un type que n’aurait certainement pas impressionné un service de balle à 120 kms! Et, en l’occurrence, y compris étymologiquement !


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>