Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Ghesquières / Taponier

GhesquieresTaponier

« Nous ne les oublions pas » (1), c’est par cette sorte de slogan dramatique et quotidien jusqu’à en devenir banal que se sont terminés un certain nombre de journaux télévisés depuis plus de 365 jours, temps de captivité de deux reporters de France 3, Hervé Ghesquières et Stéphane Taponier. En ce dernier jour de l’année, j’ai eu envie de leur rendre une sorte d’hommage en rappelant le sens exact de la racine de leur patronyme, bref leur étymologie.

Commençons par Hervé Ghesquières, qui est un gars du nord. On trouve l’orthographe avec Gh- au début, ou Gu-, voire les versions Gesquières ou Gaisquière(s). Tout ça grâce ou à cause d’un mot gaulois qui arrive tout droit du 3è siècle et de la banlieue de Roubaix, fief de nombreux Ghesquières qui se sont illustrés dans les filatures autant que dans l’industrie du bois.

Ce mot, c’est « gansko », et il désigne un terrain, ou un type de terrain très particulier, une terre qui n’a pas été ensemencée dans l’année pour la laisser reposer, bref, le mot devient transparent si on « mouille » le G initial pour le prononcer J; et nous voilà donc avec une « jaiquière », en français contemporain, on dit « jachère »!. Les Ghesquières sont donc des gens qui s’occupaient d’une jachère, ou qui pratiquaient la jachère, ce qui faisait d’eux des paysans ou des villageois particulièrement favorisés, puisqu’ils possédaient suffisamment de superficie pour prendre le luxe de pouvoir laisser reposer leurs terres.

Le Taponier, prénommé Stéphane, n’est pas loin d’être en rapport avec l’agriculture, disons plutôt la viticulture. Et pour cause, ce nom – qui s’écrit à l’origine avec deux P – vient de l’ouest de la France, côté charentais ou vendéen; il faut le prendre au sens qu’on donnait à ce « tapon » en ancien-français, à savoir un petit morceau de bois qu’on…tape pour caler quelque chose. Quelque chose qu’on coince avec une petite pièce de tissu, et qui bouche quelque chose…Vous avez deviné: il s’agit d’une barrique ou d’un tonneau. Le tapon, c’est le bouchon de la barrique! Le taponier est donc, très normalement, le fabricant de bouchons pour tonneaux.

Vous allez me dire, mais alors, pourquoi ne pas utiliser un bouchon sur une barrique? Parce que, étymologiquement, un bouchon sert à fermer une bouteille, puisque le bouchon est près de la…bouche, alors que le tapon demande un coup de marteau ou de maillet pour verrouiller l’oeillet de la barrique! En fait, on connait un autre sens à Tapon, qui est un sens figuré, et qui a désigné entre les 16è et 19è siècles quelqu’un de petit, comme si on lui avait…tapé sur la tête pour le faire entrer dans le sol. Ce qui ne saurait être le cas de Stéphane; sauf donc étymologiquement.

(1) cette chronique a été mise en ligne le 26 décembre 2010. Hervé Ghesquières et Stéphane Taponier ont été libérés d’Afghanistan le mercredi 29 juin 2011, après 544 jours de captivité.


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>