Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Giudicelli (Bernard)

Giudicelli

Communiqué de presse: «…Ses adversaires l’accusent d’autoritarisme, ses partisans louent sa force de caractère et de travail. Bernard Giudicelli a été élu samedi 18 février à Paris président de la Fédération française de tennis (FFT). Surnommé «Le Corse» en raison de ses origines, le nouveau président succède à Jean Gachassin à la tête d’une instance plombée par une guerre intestine, des déboires judiciaires et de mauvais résultats» (fin de citation). Et tout est dit, ou presque: l’homme devrait mettre un peu d’ordre dans les affaires, au moins étymo…logiquement.

En effet, vous avez peut-être déjà senti que ce nom est un diminutif, surtout si vous avez l’habitude des influences italiennes, ici évidentes; même en français, on prononce presque toujours spontanément ‘giouditchelli’ sans chercher à comprendre, persuadé que le mot vient de la péninsule, ce qui est donc -premier point- tout à fait exact. L’aspect ‘diminutif’ est donné par ce ‘celli’ final, valable également dans notre langue pour des mots comme balancelle (une petite balançoire), nacelle (une petite ‘nasse’) ou vermicelle (un petit…vermisseau, si, si, bon appétit). Et maintenant, expliquez moi pourquoi un violoncelle est un…gros violon!

Bref, une fois analysé ces petits détails, nous reste donc la partie ‘racine centrale’, soit le ‘giudi’, là encore phonétiquement ‘jioudi’, ce qui nous rapproche rapidement, et d’un point de vue graphique et d’un point de vue sonore, du français ‘judi’, comme dans judi-ciaire, donc ce qui a rapport avec un ‘juge’, ce n’est pas plus compliqué que ça…A l’origine de toutes les familles de mots qui tournent autour de cette idée, il y a le monosyllabe latin ‘jus’ (rien à voir avec les oranges pressées), qui définit le droit, puis la ou les loi(s). D’où également, en mettant un ‘r’ à la place du ‘d’, la possibilité de former ju-riste, ju-ridique, etc.

Le giudicelli serait donc un ‘petit juge’ (*), probablement pas en raison de sa taille -ce n’est donc pas un juge petit- ni même à cause d’une ironie -le juge pas à la hauteur- mais d’une notion de filiation, celui qui fait partie de la famille du ‘célèbre juge X’…Et quand je dis famille, il faudrait plutôt parler de clan, tant il est vrai que cette variante, avec Giudici ou Giudicci, est plutôt de souche…corse (voir plus haut) ou sicilienne.
Pourtant, d’autres linguistes y voient la marque d’un autre diminutif, celui du prénom Guido, équivalent du français Guy! Or, paradoxalement, c’est cette fois dans la partie nord de l’Italie que l’on trouve des Guidi (sorte de pluriel de Guido), Guidelli, Guidetti; Guidinetti (on y arrive…) et enfin Guidicelli, tous implantés de l’Emilie-Romagne à la Toscane, et du Tessin suisse à la Corse (encore) avec les Guidoni, comme le chanteur Jean.

Mieux vaut donc se prénommer Bernard que Guy pour éviter toute équivoque, surtout quand on espère (ou devrait) liquider quelques dossiers du tennis français. Et là, après quelque temps, c’est vous qui…jugerez!

(*) sans majuscule ni trait d’union, sinon cela renvoie assez vite au surnom donné par les médias à «l’instructeur» de l’affaire d’Outreau (il s’appelait comment déjà?!)…Allez, si vous avez oublié, tapez juste le nom de la ville dans le champ de recherche, et vous aurez les trois mots les plus fréquents de l’affaire (en 2015).


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>