Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Guerlain (Jean-Paul)

Guerlain

Cà sent mauvais pour l’ex-parfumeur parisien, qui vient, à nouveau, de manquer de nez en laissant échapper quelques propos racistes. Le but de cette chronique n’est donc pas de commenter les déclarations du vieil homme mais de saisir l’occasion de cette actualité pour ajouter une explication étymologique à la longue liste de ces patronymes (350 noms, presque 800 mots analysés).

Guerlain fait partie d’une petite famille de noms, surtout picards et normands, qui ont subi l’influence germanique d’un ‘prénom’ assez commun avant le 12è siècle, qui est Gerlo. Dans tous les territoires où sont présents les envahisseurs germains (une très large partie du centre de l’Europe actuelle, sans compter les ‘débordements’ linguistiques dans les zones limitrophes depuis l’Empire de Charlemagne), ce nom a un rapport avec une lance (ger-). Un gerlo, c’est donc à l’origine un guerrier équipé d’une lance, ou qui s’est rendu célèbre grâce à un coup de lance.

Le mot va être francisé en Gerlon, ou Gerlin, le G ‘dur’ initial ne se prononçant pas (encore) Jerlon, à la française; il va même voyager dans les bagages de quelques armées qui descendront la vallée du Rhône et qui s’installeront dans la future banlieue lyonnaise, créant ainsi un endroit où stationnait des bataillons équipés de lances, donnant ainsi l’impression que ce coin est un ‘pays de lances’, un ger-land, futur stade de football dans lequel on se lancera parfois quelques autres projectiles.

Mais la version la plus ‘récente’ (au 17è siècle, tout de même) d’un mot créé sur cette racine, vient du vocabulaire régional normand, qui a fait évoluer le terme germain en conservant le ‘gu-’ initial. De fait, on trouve là-bas (ou là-haut, çà dépend d’où vous êtes) le terme ‘guerle’, un adjectif qui qualifie quelqu’un de…louche, de pas très net. Encore une fois, l’étymologie d’un nom, qui concerne toujours un ancêtre lointain, ne saurait en aucun cas s’appliquer aux gens qui le portent actuellement, mais avouez qu’il arrive parfois de ces coïncidences…Sans compter qu’une des créations olfactives de la maison Guerlain, dans les années 70, s’appelait «Guerlinade». Etymologiquement, çà pourrait tout à fait signifier «la dernière boutade de Guerlain!»


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>