Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Jugnot (Gérard)

Jugnot

Les lendemains de 14-Juillet peuvent être pleins de réjouissances, surtout pour ceux qui ont fait partie de la promotion annuelle de la Légion d’Honneur; il y a ceux qui ont été ‘élevés’ (d’un grade à l’autre, par exemple d’officier à commandeur) et ceux qui ont tout simplement été nommés (sur -leur- demande). Parmi les ‘personnalités de la vie civile’ (à l’origine, il y avait surtout des militaires), notre Gérard national (par Depardieu, l’autre); et pourtant, il eût mieux valu pour lui que la cérémonie se fût déroulée quelques semaines auparavant…

Petit détail préalable, et habituel en étymologie: fiez vous surtout au son du mot si vous voulez trouver la bonne piste. Dès lors, vous pouvez mettre dans le même panier les Jugnot, Jugneau, Jugniot ou même, plus simplement, les Junot ou Junier; en effet, l’écriture ‘-gn-’ n’est jamais que la prononciation sonore (inévitable) de ‘-ni- devant une voyelle’(*), comme dans panier, pécuniaire ou manière (le français, c’est démogniaque, non?)….Tout ça pour suggérer qu’on pourrait très bien se passer de ce ‘g’ grognon, ce qui vous ramène à une forme primitive en Juniot, elle-même dérivée de Juinot, autrement dit ce qui a un rapport avec (le mois de) Juin!

Et juin, avant d’être une date d’inter-saison de vacances à prix réduit, c’est avant tout le mot latin qui a permis aux Romains d’honorer la déesse Junon, la femme, souvent infortunée, de Jupiter (remarquez, c’était aussi sa soeur, c’était mal barré depuis le début). Il n’empêche, entre autres attributions, sa carte de visite portait ‘protectrice du mariage’ (!), avec un dessin de vache (symbole de féminité), on ne pouvait pas faire pis…

Vengeance inattendue: le mois suivant (juillet, au cas où) serait encore un coup de Junon, certains linguistes y ayant vu un diminutif en ‘juniet’ ou ‘jugniet’ (le petit-junon) transformé en juillet, période dont la divine garderait ainsi le crédit. Voire. Mais il semble que le calendrier de l’époque était bien plus politique que cela, chacun des mois d’été étant censé immortaliser la personnalité du moment: à commencer par le premier consul de Rome, un certain Lucius Junius Brutus (en quelque sorte, le maréchal Juin); puis vient le célèbre Julius (Caesar) qui donnera son nom aux quatre semaines suivantes, juste avant un autre empereur (Auguste) pour le mois d’a(g)oust, puis août.

En septembre, retour aux réalités mathématiques, puisqu’il est bien entendu que juin, juillet et août sont respectivement les…4ème, 5ème et 6ème mois de l’année (sinon, ça colle pas avec 7 sept-embre, 8 oct-obre ou 9 nov-embre!). La raison? L’année des romains commençait aux ‘Ides’ de Mars, par conséquent premier et non troisième mois de l’année, jusqu’à ce qu’un pape ne vienne quelques siècles plus tard recentrer tout ça sur (le 25) décembre.

Voilà pourquoi, entre Juin et Jugnot, il y a eu quelques intermédiaires comme Jouin ou Jouvin, qui font partie de la même galaxie et qui, le plus souvent, ont été donnés à des enfants ‘trouvés’ nés en juin, bien qu’il faille se parfois se méfier de cette simplification un peu hâtive. Le porteur du nom a très pu être surnommé ainsi en raison d’un événement particulier dans sa vie (autre que sa naissance), voire son arrivée dans une communauté ou une autre à ce moment de l’année!

En tout cas, voilà un Jugnot qui est devenu auguste au mois de juillet; au moins étymologiquement.

(*) parlez-en aux Anglais, pour qui un ‘onion’ est bien plus logique qu’un ‘oignon’!


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>