Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Juncker (Jean-Claude)

Juncker

« Ces Européens, ils ont l’air gentils comme ça, mais ils ne lâchent rien… », telle est l’opinion du président américain, qui négocie avec l’ex-Premier Ministre luxembourgeois et actuel Président de la Commission Européenne, au sujet des différentes taxes (réciproques) susceptibles d’allumer la guerre économique entre les deux -voire trois avec l’Asie- continents. C’est que Jean-Claude n’est pas un jeunot, malgré son étymologie…

Vous avez bien sûr remarqué, ou même seulement ressenti, l’origine de son patronyme issu de la syllabe ‘jun’, une très ancienne racine latine qui exprime la ‘juventu’, autrement dit la jeunesse (ou la juventude, aurait dit une ancienne ministre). Si vous prenez en compte la prononciation ‘mouillée’ de l’initiale, notée j, g, ou même ‘i’ si vous voulez, on obtient donc jeune en français, jung en allemand, jong en néerlandais, young en anglais, joven en espagnol, giovane en italien, etc…

Bref, on se dit que ce monsieur a bien de la chance, puisqu’il lui est promis, étymologiquement parlant, une jeunesse sinon éternelle du moins ancestrale. Il y a même mieux! Contrairement à une famille de mots français très ‘basiques’, comme Jeunet, Jeunot, Jeuniaux ou Jeuniet qui sont de connotation très physique, le sens initial n’est pas tout à fait celui d’un(e) simplement-jeune mais d’un jeune…noble, autrement dit un gentilhomme ou un hobereau, selon les époques et le contexte.

En fait, l’adjectif pouvait qualifier tout adolescent évoluant dans le milieu de cette classe privilégiée, que ce soit à titre domestique (un serviteur, un page) ou militaire (un palefrenier, un aide). Le ‘Juncker’ est donc en général un garçon (on qualifie les jeunes filles par d’autres surnoms type ‘pucelle’ ou…jouvencelle’), et il garde cette étiquette tant qu’il n’a pas encore accédé à une fonction ou à un statut social mieux défini (homme -sous entendu marié- ou chevalier, par exemple).

Ce n’est qu’au 18ème siècle qu’il prend progressivement le sens unique de ‘plus jeune que’, dans des familles où il y a déjà un aîné. Mais là encore, selon qu’il est cadet, benjamin ou plus, il pourra être désigné différemment selon la situation ou le rôle qu’on lui fait jouer dans la société. Quand on s’en tient à sa seule caractéristique d’âge, c’est dans l’Est de la France que l’on trouvera le plus de Jung, Junger, ou Jungermann (avec un suffixe qui ne laisse aucun doute). Par conséquent, en zone flamande ou nordique, le ‘g’ sera prononcé plus ‘durement’ en Junk (aucun rapport avec la drogue), Junk(c)er ou Junkermann.

Comme quoi, hélas pour Trump, notre défenseur de l’Europe n’est peut-être pas un gamin que l’on manipule si facilement. Au moins étymologiquement.


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>