Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Klopp (Jurgen)

Klopp

Petite parenthèse footballistique, histoire de changer de la politique…Il s’agit de la campagne de la Ligue des Champions qui concernera bien sûr le PSG mais aussi les anglais du Liverpool Football Club dont l’entraineur -d’origine allemande comme vous l’aviez compris- a récemment fait quelques déclarations claquantes sur ses adversaires français. Normal que ses propos fassent du bruit, en tous cas étymologiquement…

Fracassantes et non fumantes, comme son homonyme pourrait le laisser penser, puisque ce ‘klop’ n’a pas de rapport (direct) avec la cigarette mais avec un…piège. L’origine du mot remonte loin dans plusieurs langues européennes, probablement d’après un son de source serbe-croate qui désignait donc le bruit d’un système qui se referme pour attraper des animaux; on imagine sans peine le rapport avec le terme français de ‘clapet’ et toutes les utilisations qu’on peut en faire, légales ou pas.

Je n’oserai pas aller jusqu’à appliquer le bruit jusqu’à un…tacle et les dégâts possibles sur le terrain, mais toujours est-il que l’ami Georges (Jürgen en v.o) n’a pas hésité à harponner le PSG, illustrant parfaitement la provenance très britannique d’un ‘tackle’, terme de pêche qui désigne à l’origine un groupe de hameçons destinés à dribbler l’attention des poissons comme un joueur récupère le ballon entre les pieds de son adversaire.

Quoi qu’il en soit, outil d’attaque (le piège) ou de défense (le hameçon), ce ‘klop(p)’ aurait dû orienter le leader des Reds vers un métier plus…frappant, comme celui de tout artisan porter à percuter quelque chose avec une masse, comme le marteau du charpentier ou celui du forgeron: dans tout l’Est (actuel) de la France, ‘celui qui porte des coups’ sera surnommé Klopffer ou Kloepfer, ce qui correspond exactement à son étymologie, surtout finalement s’il a…une cigarette à la bouche!

Car la ‘clope’, issue du langage courant et des cendriers de notre récent 20è siècle, semble peut-être procéder du même principe (on n’a que des hypothèses), celui du bruit que fait le clapet du briquet que l’on referme après avoir allumé la ‘tige’; pendant longtemps, on disait aussi ‘un’ clope, terme plus spécialement consacré au mégot, une fois avoir tiré sur toute la clope. On ne sait pas si ce ‘clop’ masculin illustrait le coup de pouce jetant le mégot par terre, mais on est sûr que l’idée de ‘résidu qui n’a plus aucun intérêt pour le fumeur’ a donné naissance au mot français qui désigne des ‘petits riens sans valeur’, les…clopinettes. Rien à voir cette fois avec le salaire des professionnels du ballon rond!


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>