Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Kopa (Raymond)

Kopa

Le coup de pied le plus spectaculaire de Raymond s’appelle une…apocope. Rien à voir en fait avec le football, il s’agit ‘simplement’, malgré les apparences, d’un mot qui qualifie assez communément un phénomène de linguistique, puisque c’est le sujet qui nous intéresse ici. Il faut dire que l’international français récemment disparu est passé à la postérité avec un patronyme beaucoup plus bref et ‘euphonique’ (qui s’entend -et se dit- bien), car à l’origine il était né…Kopaszewski.

Le mot est donc polonais, et même du ‘pur’ polonais (d’un point de vue historique) puisque son simple suffixe (-ski ou même -szewski) témoigne d’un précédent KopaCzewski sans autre influence voisine, venue des Balkans ou de la Biélorussie par exemple…L’acopope en question est donc le raccourcissement du terme ‘par l’arrière’ (contrairement à l’aphérèse, relativement plus fréquente et maintes fois évoquée dans ces chroniques, qui ‘gomme’ le début d’un mot), ce qui nous fait ici Kopa tout simplement.

La toute première racine est pourtant de souche primitive serbo-croate, d’après le son ‘kop’ puis le verbe ‘kopat’ qui signifie creuser. Dans le tourbillon de mouvement dépressionnaire (dans le sens inverse des aiguilles d’une montre) qui va ensemencer toute l’Europe pendant les premiers siècles de notre ère, le vocable va se retrouver sous la forme ‘kopacz’ dans les forêts du sud de Varsovie, pour qualifier ‘celui qui creuse’ (non pas qui coupe), soit au début un paysan, puisque sous-entendu ‘…avec une bêche ou une pioche’.

Quelques siècles plus tard, le jeune Raymond tracera plutôt son sillon sur les terrains de sport, tout en récoltant de nombreuses…’kopas’, homonyme présent dans plusieurs langues mais qui n’a plus rien à voir avec la fonction de son ancêtre. Cette ‘kopa’-là est la descendante directe d’une ‘cuppa’ strictement latine, au sens d’un vase, et, vous l’avez deviné, plus spécialement un vase plat qui deviendra notre ‘coupe’, la récompense promise aux vainqueurs de différentes compétitions…Cette coupe donnera naissance à deux autres formes, dont un diminutif apparu au 15è siècle avec la coupelle (la petite coupe, définitivement plate); puis, au 17è siècle, avec la sous-coupe, la seule assiette qui se mettra à voler dans le ciel américain trois cents ans plus tard.

Terminons en précisant que cette coupe n’a elle-même pas du tout le même pied que son parfait autre homonyme, celle qui vient d’un mot…grec cette fois (‘kolaphos’), qui exprime un coup (au masculin) comme un coup de poing, ou une gifle, en tout cas un geste violent. Celui que feront plus tard certains industriels dans la forêt avec des…coupes sombres en coupant les arbres pour découper le paysage sous un…couperet mécanique.

Je ne sais pas si tout cela vous la coupe, mais cela nous permettra peut-être de retenir que Raymond a véritablement tracé la voie de grands champions dans la légende du football français. Y compris étymologiquement!


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>