Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

O’Toole (Peter)

O'Toole

Il a été l’instrument (à l’écran) de la réconciliation avec les Arabes, et il s’appelle O’Toole, ce qui a fait réagir plusieurs internautes lecteurs de ce blog en faisant immédiatement un rapport avec le mot anglais proche (*). De fait, si beaucoup de patronymes représentent un nom de métier, une activité artisanale ou un outil de travail, cela est loin d’être le cas du nom de l’acteur, un terme clairement d’origine irlandaise, comme en témoigne le préfixe si caractéristique O’. La racine qui suit se devait donc d’être de la même langue, en l’occurrence le gaëlique, l’un des nombreux ‘dialectes’ nordiques en vigueur au 10è siècle dans cette région de l’Europe. Mieux que de situer le mot, «Etymo-Logique» vous en dit plus sur le sens de la racine.

L’histoire commence en effet quelque part au sud-ouest de l’Angleterre, dans le comté de Kildare, où règne un roi de Leinster prénommé ‘Toole’. A l’époque, on n’utilise évidemment que l’orthographe (et la prononciation) gaëliques, c’est-à-dire Tuathal, ou Tuathall, ou Thuatail, toutes variantes approximatives mais qui renvoient à la même souche linguistique. D’ailleurs, phonétiquement, le mot se décompose en trois sons, que l’on peut reproduire en ‘too-uh-hul’ (tou-hou-houl, autrement dit Toooole), que l’on retrouvera dans la langue ancienne anglaise en ‘toal’ ou ‘tully’, et qui ont un rapport avec l’idée de peuple et de commandement. On peut donc imaginer qu’à l’origine, ce surnom était celui de quelqu’un que l’on appellerait aujourd’hui un gouverneur (de province), ou un souverain (ce qui ne signifie pas automatiquement roi, mais un ‘régnant’).

Quant au fameux ‘O’, préfixe dit ‘de filiation’ qui s’écrit alors ‘hy’ ou ‘Ui’, il qualifie en général la descendance de la personne, mais pas forcément son géniteur direct; selon le sens du mot qui le suit, il peut tout aussi bien faire allusion à l’activité de l’ancêtre ou aux ‘qualités’ (les titres) de la lignée familiale. Or, quelque part dans le futur clan O’Toole, il y aura, au début du 12è siècle, une personnalité qui va faire ‘éclater’ le nom par son charisme: il s’agit de ‘Lorcan Ui Tuatail’ (prononcez: Laurent O’ Toole!), qui fut archevêque de Dublin pendant une vingtaine d’années. Quelques décennies plus tard, comme pour le Martin (Evêque de Tours) français, on trouvera dans tout l’Ouest de l’Angleterre, des Tool, O’Thole, Tooley, des Toole et même des Toile, sans compter les O’Toole dont naîtra un jour…Seamus, l’autre prénom de Peter.

Pour ajouter à votre surprise éventuelle devant l’écart entre l’orthographe gaëlique et la prononciation anglaise (ne parlons pas du français!), sachez que ce ‘Seamus’ (prononcez shaïmuss) est devenu ‘shaimes’, puis…James, en anglais. Et comme James est l’une des variantes du prénom Jacques, il renvoie forcément à la version originale qui est Jacob (Ya’coub, en hébreu), l’un des fils d’Isaac (on résume : Ya’coub>Jacob>Jacques>James); la tradition biblique prétend qu’à sa naissance, le gamin tenait en main le talon de son frère Esaü, ce qui l’aurait donc fait surnommer ‘le talonneur’, autrement dit ‘celui qui évince l’autre’, qui le supplante (c’est un essai).

Alors forcément, et d’une certaine façon si l’on juxtapose les deux étymologies, Lawrence d’Arabie n’aurait vraiment pas démérité, en écartant la hiérarchie anglaise pour devenir le maître du désert. En tout cas, étymologiquement.

(*) outil = tool, en anglais.


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>