Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Pavard (Benjamin)

Pavard

Le jeune joueur (idéal, avec ce prénom) originaire de la région de Maubeuge s’est illustré en quart de finale (1) de la Coupe du Monde avec une remarquable reprise de volée…Football donc encore aujourd’hui, au fil des actions des Bleus (2), et petit coup de loupe sur l’origine linguistique et…géographique de cet habile occupant du poste de défenseur. Forcément défenseur…

Le pavard, encore sans majuscule de nom propre, est en effet l’une des versions régionales du pavois, aussi bien dans le Nord (ça tombe bien) qu’en Normandie ou en Auvergne, à côté d’autres formes comme Pavat, Pavel ou Paveau (dans l’Ouest) avec leur diminutif Pavelot et Pavelet, et encore Pavié, Pavier (en Provence), Paviet ou Paviot, tous présents pour désigner un…bouclier.

Et le bouclier, c’est comme la ‘polenta’, c’est une spécialité lombarde (donc italienne), en tous cas en ce qui concerne celui fabriqué (ou conçu?) à Pavie, longtemps -mais pas mille ans- capitale ou du moins ville la plus importante de la région. D’où le nom de ‘bouclier de Pavie’, donc pavois en l’ancien-français.

Rien à voir avec un pavé, faux-ami du 14è siècle créé d’après un verbe latin qui veut dire niveler le sol (je ne vous fait pas de dessin). Seul point commun -et encore, par hasard- la forme habituellement carrée du pavois, que l’on peut poser par terre pour se protéger, le temps, par exemple pour les arbalétriers de l’époque, de pouvoir réajuster la flèche sur l’instrument…Il parait qu’on le trouvait aussi chez les Gaulois dès les premiers siècles (récupéré chez les légions romaines), ce qui aurait permis le soutien historique des chausses d’Abraracourcix sur les épaules d’irréductibles villageois bretons, de façon plus stable que le bouclier rond?

Signalons au passage que, lorsqu’il prend de la surface ou de la longueur, le pavois devient ‘grand’, et se confond -d’un point de vue linguistique- avec le ‘pavillon’ marin (3), autrement dit un espace plus ou moins large réservé à la présentation de différents ‘drapeaux’. Car, au 16è siècle, le pavois d’un bateau est encore un bouclier de protection ‘en dur’, puis un ornement de parade symbolique aux couleurs du pays, de la ville, de l’armateur, etc…Du coup, le pavois, désormais en tissu multicolore, devient une tenture ou un oriflamme particulièrement prisé aujourd’hui à La Rochelle (4).

Mais le pavois peut également être ovale à condition de ne pas le confondre avec l’écu, l’autre format de protection dont la forme droite au sommet et pointue à la base permettait de l’embarquer à cheval en épousant la forme du flanc de l’animal sans le blesser au moment du choc. Il n’empêche, l’enroulé du pied de notre Benjamin a largement permis de marquer un but très (bien) carré grâce à l’attaque de ce défenseur, en tous cas étymologiquement.

(1) celui contre l’Argentine; sinon, c’est ‘quartS de finale’ effectivement…

(2) Rappel: Griezmann, Lloris sont déjà en archives.

(3) Alors qu’il n’a aucun rapport, ‘pavillon’ étant une déformation de…papillon; à l’origine un pavillon est une tente, d’où la comparaison des ailes avec chaque toile latérale (un papillon à l’envers!).

(4) Avec, théoriquement, un tiret (Grand-Pavois) pour respecter la récente remarque d’un lecteur.


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>