Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Pesquet (Thomas)

Pesquet

L’homme du jour est sans aucun doute Thomas Pesquet, qui aura su se faire un peu d’espace (dans les médias) entre pollution, Boeing en vadrouille et Ukraine (aussi). Or, de l’espace, le bonhomme devrait en avoir bientôt, et beaucoup, puisque il est le prochain spationaute français en partance pour la station orbitale internationale. Autant donc le mettre en lumière le plus possible, car si jamais il pleut en Bretagne ou si on découvre qu’un ministre a un compte en Suisse au moment du décollage de sa fusée, son nom risque de se perdre dans le vide intersidéral. Ce qui serait pécher, à tous les sens du terme.

Et ici, l’accent -aigu ou circonflexe- a de l’importance, car, en réalité, il n’est pas question ici de pécher (du latin peccare, faire une faute) mais de pêcher (chasser le poisson) ou, comme on disait en ancien-français, de ‘pescher’ ou ‘pesquer’, nous y voilà. C’est grâce au latin moderne -autrement dit l’italien- que beaucoup de langues sont allées à la pêche de cette racine ‘pesce’, plus répandu sous forme de patronyme en Corse avec un Pesci dont l’ancêtre n’était peut-être pas pêcheur mais avait…la bouche ouverte et les yeux globuleux! Au Moyen-Age, on trouve également des Pescot dans le quart nord-est de la France avec le même ‘transfert zoomorphique*’ de la bête vers l’homme. Quant à l’autre forme Peschot, elle réjouira tous les amateurs de verlan qui courent le jupon…

Mais revenons à nos poissons, ou plutôt à nos pêcheurs, issus du mot latin ‘piscarius’ (ce ou celui qui est en rapport avec le poisson), qualificatif qui donnera le nom commun français en question, via un passage par un ‘piscaire’ médiéval pour arriver au ‘pécaïre’ provençal, peuchère! Ce peuchère si typique dont on affuble le parler marseillais est d’ailleurs le résultat d’une équivoque qui se prolonge: ‘peuchère’ est en effet directement issu du ‘pécaïre’, non pas le pêcheur mais le…pécheur, au sens de ‘celui qui a commis un péché’, donc le malheureux, «quel malheur!» étant signification exacte de l’exclamation phocéenne. Cela étant, il y a aussi des pêcheurs malheureux.

D’un point de vue strictement linguistique, la variante pesquet est visiblement un diminutif (la terminaison en -et), au sens de petit-poisson, ou peut-être un ‘(petit) coin où l’on pêche’; car, comme toujours, il faut chercher une certaine logique dans la signification de nos patronymes: l’ancêtre de Thomas ne ramenait-il que de petites prises (pour autant être ‘du menu fretin’, expression figurée beaucoup trop tardive), hypothèse la moins probable. Mieux: peut-être habitait-il un endroit réputé pour une abondance poissonneuse? On trouve en effet des formes proches de ce (sur)nom avec pesquier, pesquié ou pesqué, qui désignent, dans la zone occitane, un ‘lieu de poissons’, autrement dit un vivier. Dès lors, Pesquet pourrait être l’appellation de son propriétaire (ce qui ne l’empêche pas d’avoir un aquarium à la maison).

Toujours est-il que les Pesquet partagent une origine commune avec les Pêcheur et les Pêcheux (évident), mais aussi avec les Péqueur et les Péqueux (le plus souvent normands ou picards), les Péchard et les Péchaud (version péjorative: les mauvais pêcheurs), ainsi que les Pécret, dont vous connaiss(i)ez bien la version féminine, qui se dit Pécresse (comme Valérie**).

Restent encore dans les filets tout simplement les Poisson, petit nom de famille d’une certaine Jeanne-Antoinette Lenormant d’Etiolles, qui un jour fera frétiller un certain Louis XV, lequel la fera Marquise de Pompadour. Elle aura, au 20è siècle, une cousine -linguistique- sous la forme d’une Peysson (Anne-Marie), elle-même reine de la radio pendant des années…L’ homonyme direct le plus connu en France est Robert Pesquet, homme politique français dont les engueulades avec Jacques Chaban-Delmas au sujet de la Vè République ont laissé quelques traces dans les couloirs de l’Assemblée Nationale, ainsi que, semble-t-il, dans les allées d’un Jardin de l’Observatoire mitterandesque; mais tout cela ne vole pas très haut, contrairement à l’avenir de notre Thomas!

(*) l’inverse de l’anthropomorphisme, qui prête des traits humains aux animaux.
(**) Vous voulez savoir si l’ancienne ministre est une pêcheuse ou une pécheresse? Tapez le nom dans le champ de recherche en haut à droite.


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Un commentaire au sujet de Pesquet (Thomas)

  1. en breton Pesquet veux dire poisson

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>