Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Rivers (Dick)

Rivers

Il restera sans doute l’un des ‘rockers à la française’, puisque les medias l’ont voulu ainsi, rappelant à l’occasion de sa disparition une carrière commencée dans les années 1960 en même temps que Jean-Philippe Smet et Claude Moine (Johnny Halliday et Eddy Mitchell), les uns et les autres ayant probablement bien fait d’adopter la mode américaine de l’époque. Et l’on sait que le chanteur niçois a emprunté son pseudo à l’un des rôles d’Elvis Presley au cinéma. Dommage…

Son nom d’état-civil est en fait Hervé Forneri, patronyme d’origine (logiquement, vu la région) italienne, qui n’a pas besoin d’être considéré comme ‘immigré’ tant le Comté de Nice a appartenu bien plus longtemps à la Maison royale de Savoie puis au Royaume de Sicile qu’à la Région PACA nationale (depuis à peine plus de 150 ans!).

Or, à Rome, les ‘forneri’ (pluriel de fornero) désignent évidemment les gens qui travaillent sur, ou exploitent un ‘forno’, un four (a-priori) à pain. Tout simplement. Ce sont les cousins des Fournier français, ceux qui sont concernés par un four ou un fournil, ainsi que de toutes leurs formes approchantes. D’ailleurs, avant d’opter pour une ouverture plus grande du ‘o’ de forno en…fourneau, il faudrait commencer par citer les Forné, Forner, Fornet voire Forny.

Petite remarque concernant cette dernière variante: les Forny, plus spécialement implantés dans l’Est de la France puis la région parisienne, font souvent référence non pas à un four de boulanger mais à métaux ou à briques, davantage quelque chose qui s’approche de la forge que du tiroir à pizzas.

Comme j’espère que cette étymologie a malgré tout évité à Hervé de faire un four lors d’un concert, il vaut mieux s’intéresser à son nom de scène, celui donc d’un personnage de film de 1957, un…livreur nommé en fait Jimmy Tomkins qui devient Deke Rivers en accédant à la célébrité (1). Et c’est là que ça se gâte un peu.

Car ce Dick Rivers que l’on verra imprimé sur toutes les pochettes de disque françaises n’a pas aux Etats-Unis la même résonance que pour nous; mais commençons par dire que Dick (transcription sonore française du Deke initial) est généralement considéré comme le diminutif de…Richard. En effet, ce prénom est de racine(s) germanique(s), composé de deux mots: ‘rick’, qui signifie puissant + ‘hard’, qui veut dire dur ou fort selon le contexte.

‘Rick-hard’ va donc évoluer en richard pour désigner, bien avant un type qui, vulgairement, s’en met plein les poches, un homme ‘très-puissant’ ou de ‘fort-pouvoir’ (la richesse ne tardant pas alors à arriver). C’est cette première syllabe qui va être déformée en ‘dick’ lors de son passage en Amérique, essentiellement dans les Etats du Sud, avec une utilisation tellement intensive qu’elle va devenir une sorte de prénom très commun, pour ne pas dire péjoratif (un peu l’équivalent de notre Jean, puis Jean-Jean voire Jean-foutre). Là-bas, un ‘dick’, c’est souvent un nul, un débile, voire pire (en France, ce n’est pas mieux; on fera souvent de Dick le nom du chien de famille)…

C’est sûrement très anecdotique, mais cela explique peut-être la récupération ironique du patronyme (complet!) dans le répertoire grossier américain, qui a fait de ce ‘dick’ le surnom du sexe masculin (on dit Popaul, chez nous); sur la côte Ouest, la culture californienne (gay) en fera même un ‘dick reverse’ pour qualifier des personnes aux pratiques sexuelles actif-passif (les deux faces, comme sur feu votre lecteur de cassettes).

Heureusement, pour laver cet affront (linguistique), il nous reste ‘Rivers’, nom de lieu aussi transparent que de l’eau claire puisqu’il indique des rivières, site de provenance ou de résidence (sur les…rives) d’un ancêtre. Aussi évident que les Foutain, et plus encore que les Wells (la source) ou les Ford (le gué), les Rivers sont les homonymes (et synonymes) des Rivière français, des Riva italiens, des Rivera espagnols ou des Ribeiro portugais; de quoi couler tranquillement jusqu’à la Baie des Anges.

(*) Elvis Presley joue Jimmy Tomkins qui, dans le film, prend le pseudonyme de Deke Rivers, emprunté plus tard par le chanteur Hervé Forneri qui choisit de s’appeler Dick Rivers…Vous suivez, oui ou non?


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>