Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Salamé (Léa)

Salamé

L’événement mondain-disons médiatique- du jour ne vous laissera pas de marbre: c’est aujourd’hui que la journaliste et présentatrice de télévision entre au Musée Grévin, non pas pour visiter la célèbre vitrine de personnages en cire mais bien pour y prendre place à son tour, reléguant à l’occasion d’autres muses du petit écran (Anne Sinclair et Christine Ockrent) précédemment statufiées pour l’éternité de la saison…

Un musée, loin d’être un congélateur d’oeuvres artistiques contrairement à l’idée progressivement répandue au 19ème siècle, c’est tout d’abord un endroit où faire vivre les différentes disciplines artistiques intellectuelles, selon la définition originelle (grecque); il s’agissait alors de réunir les différentes Muses -avec une majuscule cette fois- autrement dit les (demi) déesses de la poésie, de l’art dramatique, de la musique, de la comédie, etc, etc…vous pouvez toujours vous la faire ‘Questions pour un Champion’ en citant les neufs groupies d’Apollon chargées de glorifier les exploits de papa Zeus. Allez…(1)

Telle était en effet l’idée d’un certain Arthur Meyer, par ailleurs directeur de journal et néanmoins désolé de constater qu’en 1881 on n’avait toujours ni photo en couleurs à la Une ni Face Book à disposition. Il décida donc de réunir dans un même lieu l’effigie des personnalités du moment, dont il confia le modelage à Alfred (Grévin), caricaturiste et (heureusement) sculpteur de son état.

L’homme sèmera donc des petits cailloux (2) dans l’Histoire, sans savoir qu’un jour Léa viendrait faire un petit coucou…ce qui est quasi-exactement l’origine de son nom. De souche libanaise, la brune débatteuse se nomme en fait Hala (Boghossian) Salamé, le lumineux prénom ayant été francisé sous une forme proche plus courante dans notre pays tout en gardant la sonorité initiale.

Lumineux, parce que plusieurs répertoires linguistiques du Moyen-Orient donnent à ce mot une connotation de rayon (du soleil), voire d’auréole, le plus souvent celle de la lueur du matin, plutôt que le symbole saint proprement chrétien. Il n’empêche que le sens premier exprime d’abord une notion d’accueil, qui peut symboliquement être celui du jour nouveau bien sûr mais qui se rapproche d’abord d’une idée d’ouverture ou de bienvenue.

Difficile en effet de ne pas remonter au son le plus primaire et d’y voir un parallèle avec tant de ‘hallo’ (néerlandais), hello (anglo-saxon), holà (espagnol) ou ola (portugais), et même…hail (germain), la plus explicite des racines puisque c’est de l’ancien verbe ‘hail’ (saluer) que tout le reste est parti! Voilà déjà de bonnes raisons de souhaiter la bienvenue à Léa dans les couloirs de la maison parisienne, d’autant que son patronyme est quasiment un pléonasme…

Là encore, il est assez évident de constater que ‘salamé’ est une simple variante de ‘salam’, ‘salem’ si vous êtes turc, ‘shalom’ si vous parlez hébreu (ou ‘sholem’ en yiddish), ou plus largement ‘assalamu (alaykum) en arabe (abrégé en ‘salamalec’ par certains Français), bref le passeport international pour des millions de gens de se saluer, ou plus précisément de se souhaiter paix et santé.

Dans la religion catholique, il n’y a guère plus que le prêtre qui soit autorisé à lancer aujourd’hui l’équivalent d’un ‘pax vobiscum’ (la paix soit avec vous) à la fin d’un office aux fidèles parfois aussi raides que des statues. Mais à l’occasion de son installation, Léa, elle, ne sera pas seule puisqu’entourée de trois mâles au profil rare: l’écrivain Marcel Proust, l’homme politique Emmanuel Macron et le spationaute Thomas Pesquet (3). De quoi passer quelques nuits en interviews imaginaires!

(1) Bon, je suis sympa; par ordre d’apparition dans le dictionnaire:
Calliope, muse de la poésie épique; Clio, celle de l’Histoire; Erato, le chant nuptial (pas les 33 tours d’opéra); Euterpe, la musique; Melpomène (prochain prénom bourgeois), la tragédie; Polymnie, la rhétorique; Thalie, la comédie; Terpsichore, la danse, et Uranie, ‘astrologie (what else?)…

(2) L’une des étymologies de Grévin vient de la grève, un endroit pierreux.

(3) Le président et l’astronaute sont en archives. Tapez leur nom.


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>