Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Salvaing (Jean-Baptiste)

Salvaing

Le flot de l’actualité, saturé de faits-divers, ne laissera pas longtemps en lumière le sacrifice des deux policiers exécutés à leur domicile. Plusieurs internautes se sont posé question sur l’origine d’un patronyme ‘étrange’, et, de fait, relativement rare. Parions que le côté inhabituel du mot vient de ce ‘g final très méridional; quant à son étymologie précise, elle est hélas, pour une fois, complètement contredite par les événements…

Contrairement à la -réelle- implantation du nom dans la région du Languedoc (qui plus est, Jean-Baptiste est originaire de Pézenas), la toute première trace de cette racine vient des Pays de Loire, où l’on trouve dès le début du 13ème siècle une commune Sauvaint, puis Sauvain et Sauvaing, sous cette forme ‘vocalisée’ en langue d’oïl; cela signifie que le ‘u’ ne s’est pas encore transformé en ‘l’, ce qui sera le cas en langue d’oc, bien que les deux formes soient présentes en même temps dans certaines zones.

A l’origine d’une foule de mots en français, il y a le latin ‘salvatus’, qui signifie sauvé (pas compliqué!), ou la version savante ‘sauf’, le ‘f’ reprenant de façon abrégée et plus ‘sèche’ le ‘-vé’ final de l’autre mot. Mais sauvé de quoi? Prosaïquement, sauvé des eaux peut-être (donc, sain et…sauf), ou plus spirituellement sauvé (sous-entendu de la mort) par la foi, le terme devenant alors un (sur)nom dit ‘de baptême’ appliqué à des enfants ayant eu une naissance difficile. Il faut garder présent à l’esprit que le patronyme nait, lui, en plein Moyen-Age, et qu’il représente alors une valeur bien plus forte qu’un simple état loin encore d’être civil!

Selon les régions, vont aussi apparaitre de nombreux lieux-dits, dont certains deviendront des cités, comme la Salvetat (sur-Agout, dans l’arrondissement de Béziers) qui prit ce nom quand les habitants se réfugièrent sur un promontoire rocheux pour se…sauver de leurs ennemis. Idem pour les Sauvin, Savin et donc Sr-Savin, Sauvineau, et Sauvinet; on pense même (sans pouvoir toujours en expliquer les raisons) que la racine est à l’origine des Sauvignet et des Sauvignon qui réjouiront les amateurs de ce cépage, et que l’on repère de la Charente au Gers.

Le moins opportun en la circonstance est Sauvant et ses diminutifs comme Sauvanet ou Sauvanot, puisque cela n’a pas pu être le cas du couple. Mais notons que, chez les Romains, on utilisait l’impératif du verbe ‘salvare’ (sauver) pour se…saluer, avec le sens de ‘comment ça va?’ (en début de rencontre) et de ‘porte-toi bien’ (à la fin). Finalement, un adieu qui peut également être un salut en forme d’hommage…

Ps: je n’oublie pas Schneider (Jessica), patronyme d’origine germanique, présent aussi bien en Alsace (les cuisinières) qu’en Autriche (l ’actrice Romy) et en Allemagne bien sûr pour désigner un nom de métier, le tailleur.


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>