Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Tapie, le retour

Tapie 2

Que les choses soient bien claires, le moindre jeu de mots sur ce nom d’origine toulousaine serait bien mal venu, y compris à la une de journaux qui prétendraient que la présidente du FMI ait joué les carpettes devant Bernard (1)…Or, aujourd’hui, l’ex-homme d’affaire(s) joue son va-tout (ou met tout sur le tapis) pour exiger de la Justice le remboursement d’intérêts (colossaux) de la part du Crédit ex-Lyonnais. Déjà apparu à deux reprises dans nos archives, voici un petit rappel pour les nouveaux lecteurs de tous pays.

Car voilà bien un nom à mettre dans la liste des patronymes difficiles à porter, pour des raisons de simple phonétique, et surtout parce que l’on connait peu de mots qui se rapprochent de la consonnance en question. Or, Tapie ne peut avoir de rapport étymologique qu’avec l’autre – et unique – mot homonyme de la langue française, le…tapies, que l’on comprendra mieux en y ajoutant l’accent grave que lui donnent tous les parlers du Sud, le « tapiès ».

Exemple : Antoni Tapiès, peintre et sculpteur catalan né à Barcelone (logique) est la version espagnole (l’eussiez-vous cru) de…Tapie. Or, dans le vocabulaire classique français, et encore actuellement pour certains spécialistes de l’architecture et de la décoration, le tapiès désigne très précisément un mur en pisé, formé à la base d’herbe et de boue séchées, compactées dans une structure de tiges ou de branches croisées. Et pourquoi a-t-on créé ce mot à l’occasion? Tout simplement parce qu’il faut…taper la « brique de boue » tant qu’elle est humide pour qu’elle tienne dans les croisillons; donc cela s’appelle, forcément, du…tapie (ouf, on a échappé au pire, çà aurait pu faire « Tapé ») ! Le terme a donc donné naissance, à une époque, à celui qui avait (la chance d’avoir) une maison en torchis, comparativement à d’autres formes de construction.

Il n’empêche, la technique, qui semble assez primitive décrite ainsi, est encore à la base de nombre de maisons dans des pays dits défavorisés. Bref, Tapiès, Tapias (v.o espagnole), et Tapie (v.f) ont pour origine ce mot très éloigné de l’endroit où l’on s’essuie les pieds. Manque de chance, le tapis, lui, vient d’un mot grec quasi-homonyme (tapès) qui signifie une…couverture (de lit), puis plus tard une couverture qu’on met par terre, d’où le sens actuel, la fonction première dudit objet étant d’abord d’isoler du froid et non pas de récurer vos semelles en agneau.

Pour être tout à fait complet, finissons-en avec les approximations sonores, et réglons leur compte aux deux autres mots proches des Tapie, lesquels n’ont rien à avoir non plus avec les Tapon (ceux qui font des petits pas), puisque le terme évoque tout prosaïquement le tapon, le bouchon d’une barrique; le tapon est devenu le nom de celui qui était chargé de contrôler et de sceller les tonneaux de vin. Rien à voir non plus avec les Tapin, ceux qui font les choses en..tapinois, c’est à dire en se cachant, bien que, dans certains endroits, ce soit plutôt bien visible; mais voilà sans doute une autre histoire.

(1) A l’époque, le quotidien « Libération » avait titré au sujet de la liquidation financière de l’affaire du Crédit Lyonnais :« Christine Lagarde se prend les pieds dans le Tapie ». Mieux (ou pire) encore, à l’intérieur du journal: « Le magot caché sous Tapie »…


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>