C’est l’un des rares footballeurs du week-end qui sort indemne -et même encensé- d’un championnat, en l’occurrence argentin, car à peu près tous les protagonistes de l’Euro en ont pris largement pour leur grade. Or, de l’autre côté de l’Atlantique, un authentique…béarnais (étymologique) redonne fierté à son club en le ramenant dans l’élite nationale: né en Normandie, joueur en Argentine, et d’origine gasconne, tel est en effet le parcours du patronyme de la famille de David Trézeguet.

Certains trouvent même que le nom a l’air de ‘sonner’ quelque peu breton, mais il s’appuie en fait sur deux racines typiquement gasconnes, qui accordent les deux mots suivants: ‘tres’+'aigue’ (francisé évidemment en ‘ègue’ plus tard). Première remarque: le ‘tres’ en question n’est pas du tout la suite de ‘un, dos…’ et n’a donc rien à voir avec le chiffre trois. Il s’agit d’un adverbe d’ancien-français, qui signifie ‘au-delà’ (idem avec ‘tras’ en espagnol); il marque donc la situation géographique du sujet qui le suit immédiatement, et ici, il s’agit du mot gascon ‘augue’ ou ‘aigue’, qui évoque de l’eau, souvent dans un ruisseau. Le ‘tresaugue’ ou ‘trezegue’ désigne donc les gens qui habitaient au-delà ou de l’autre côté d’un ruisseau. On trouve aussi la variante Treseguet et donc Trezeguet, avec un suffixe ‘-et’ qui est peut-être un diminutif (mais çà n’est pas systématique); il serait alors précisément question d’un petit-ruisseau.

Autre illustration de l’utilisation de ce ‘tres’ employé comme adverbe: le vent qui vient de ‘au-delà des montagnes’ s’appelle le ‘tres-montagnes’, autrement dit, en provençal, la tramontane. Le moyen mnémotechnique est dès lors facile, pour se souvenir qu’il s’agit du vent du nord (les Alpes), alors que le vent du sud est le ‘maitre’ de la mer, un ‘magistral’ abrégé en mistral…
En ce qui concerne les patronymes proprement dits, on trouve en Sud-Ouest des Tressaric (tres-arric: au-delà de l’arric, le ravin), des Trassarieu (tres-arrieu: au-delà de l’arrieu, le ruisseau), ou encore des Trescazes (tres-cazes: au-delà des cazas, les maisons et donc les gens situés de l’autre côté du bourg et non pas les trois maisons).

On se rapproche encore du nom de Didier avec les Tressaugue ou Trezaugue pyrénéens, typiques de la vallée d’Ossau. Quant à la racine ‘augue’, elle est également présente sous la forme simple d’Augar ou Auga, qui définissait un terrain marécageux. Un type de  terrain qui n’a donc vraiment plus aucun point commun avec un as du ballon comme David Trézeguet, sauf étymologiquement!