Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Ungaro (Emanuele-Maffeoli)

« C’est le plus français des couturiers italiens » (ou inversement d’ailleurs), comme l’ont annoncé plusieurs médias à la disparition de ce fils de tailleur d’origine…hongroise bien sûr. Car, si Emanuel (avec un seul ‘m’, à l’italienne) est français, de naissance et d’état-civil, son père a bien quitté le sud de lItalie lors de la dictature fascite. Et pour retrouver la provenance de la souche familiale, il suffit, comme toujours, de compter sur la phonétique…

Ungaro ou Ungari (le pluriel), Ungarelli (le diminutif), voire Unguer et Ungerer en zone plus germanique sont en effet tous des variantes de Hungaro donc Hongrois, le ‘h’ initial muet ayant rapidement disparu dans les habitudes de la langue romaine…Le mot a voyagé au moment du Saint Empire Romain germanique, dont les possessions ont pu à un moment donné s’étendre de la mer Baltique à l’Adriatique, au gré des désintégrations et des recompositions de divers confettis territoriaux.

La Hongrie elle-même, qui n’a pas souvent ressemblé à sa forme ‘moderne’, est alors perçue par les Latins comme une réserve tribale de sauvages (la définition du mot Magyar, nom originel de la nation sinon du pays) dont des éléments viendront se fixer dans le sud, d’où le nom ‘de provenance’ de ces envahisseurs qui sont pour la plupart des descendants des fameux ‘Huns’, syllabe dont le son a donné…hungrie puis Ungaro.

Il ne serait pas étonnant que le prénom de notre créateur de mode soit dû à la vénération du duc Vittorio Emanuele due, prince de la Maison de Savoie mais surtout roi de Sardaigne (tout près de Brindisi, sur le talon de la Botte, le pays des Ungaro) et surtout père de la réunification italienne (milieu de 19ème siècle seulement!).

Signalons que, même si ce n’est pas mieux que de s’appeler Pollack (comme le réalisateur américain Sydney) c’est-à-dire ‘polonais’, avec un suffixe à l’origine plutôt péjoratif, les Hongrois étaient connus -à défaut de renommés- pour pratiquer sur leurs chevaux de monte une opération de castration qui a donné l’adjectif ‘hongre’ en français, ce qui n’a pas toujours aidé à leur image de ‘civilisés’…

Ajoutons que, pour s’installer dans le milieu, le couturier avait, lui aussi, dû couper une partie de ses prénoms jusqu’à ne plus mentionner uniquement que son patronyme, plus facile à mémoriser (et à prononcer) qu’Emanuele-Maffeoli Ungaro, ce second élément n’ayant rien à voir linguistiquement avec la ‘mafia’ (encore que, quand on s’approche de la Sicile…) mais avec une forme de diminutif local de Matthieu, soit Matteo ou Mattei en v.o puis Maffeo et Maffei, et enfin Maffeoli (le petit -de?- Matthieu) lequel, contrairement à la chanson, n’avait pas qu’un cheveu sur la tête!


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.