Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

William (John)

William 02

C’est un chanteur « noir », dont la voix chaude a délecté les oreilles des auditeurs de radio essentiellement dans les années 1960. L’un de ses tubes les plus connus est la fameuse « Chanson de Lara », générique du film « Le Docteur Jivago », tout comme « Si toi aussi tu m’abandonnes », bande originale du film « Le Train Sifflera Trois Fois ». Il fut en quelque sorte l’importateur du « Modern Spiritual » dans les églises françaises, adaptant l’immortel « Old Man River » de la comédie musicale « Showboat », avant de faire carrière comme chanteur attitré des croisières du paquebot…France.

Et, de fait, John William (attention, pas John Williams, le compositeur de la musique de « La Guerre des Etoiles ») est bien français, il est même franco-ivoirien! Le « cas » est intéressant, étymologiquement parlant, car c’est sa mère qui est ivoirienne, son père étant…alsacien. L’état-civil du petit John William est donc Ernest-Armand Huss, nom on ne peut plus originaire de l’Est, et accessoirement porté par des familles juives, ce qui lui vaudra une déportation dans sa jeunesse, période qu’il mettra à profit pour prendre des cours de chant et exercer sa voix!

Huss est un nom construit sur une racine germanique (évidemment) qui est « huso ». Le terme a l’air un peu rébarbatif au premier abord, et n’évoque pas grand’chose, or cette racine va avoir un bel avenir dans tout le nord de l’Europe, et pour cause. Car, si dans la zone « romane » (Espagne, Italie, France) on va adopter le mot latin « mansion » pour faire « maison », « mas », etc..ou Caza, casa, chiesa dans le sud, les pays nordiques vont garder cette racine « huso » pour faire « huis » en néerlandais, « haus » en allemand, et « house » en anglais. Huss désignerait un ancêtre qui possédait une maison (ce qui n’était pas le cas de toute le monde à une époque), au sens de « grande maison » comme on l’entendait en France à l’époque classique, c’est à dire un domaine avec des possessions attenantes, une « maison de maitre » en quelque sorte.

On peut également considérer que Huss a un homonyme, dont la racine viendrait d’un autre mot germain, qui est « hug » (oui, celui qui donnera le prénom…) et qui veut dire « intelligence ». Ce Huss alsacien trouvera des diminutifs assez connus en Husson (« Le Rosier de Mme… »), ou, une fois francisé à la parisienne, Hue ou Huet tout simplement.

De toutes façons, que ce soit relié à une grande-maison ou à un ancêtre particulièrement intelligent, John William, disparu en cette semaine de début janvier 2011, n’a pas à rougir de son état-civil.

(nb: Son pseudo américanisant est lui-même un exemple: William, comme WilliamS, Wilhem, etc…vient de deux racines germaniques, « will » qui signifie volonté + « helm » qui désigne un casque. Bref des gens qui « en avaient sous la casquette »! Le patronyme va devenir très célèbre après le 11è siècle, grâce à un certain Guillaume dit le Bâtard, ci-devant duc de Normandie (français donc!) et néanmoins futur roi d’Angleterre après la bataille d’Hastings, sous le nom de Guillaume le Conquérant. Le passage de « will » à « Guill »(-aume) s’explique par un phénomène qui s’appelle une inflexion, et qui consiste tout simplement en une sorte de gutturalisation de l’initiale, pour la rendre plus sonore.


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>