Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

pilotes (de ligne)

Pilotes

C’est l’histoire de mecs qui font grève (*) et qui entendent bien être payés pour ça, régime de faveur que n’auraient pas osé demander les ouvriers d’une usine auxquels on ne fournit même pas uniforme, hôtels de première classe lors de déplacements et autres jours de récupération au soleil, au bout de lignes aériennes empruntées gratuitement (ou quasiment). La menace vient, à nouveau, des pilotes d’une compagnie qui ne fait plus du ciel le plus bel endroit du monde mais le terrain de revendications dans lesquelles ils risquent de se noyer; et pour cause…

Car, le saviez-vous, les ‘pilotes’ n’ont rien à voir à l’origine avec l’aviation mais avec la navigation! Quelques secondes de réflexion suffisent pour réaliser effectivement que la chose maritime étant bien antérieure à l’aéro (pourtant)…nautique, néanmoins il est curieux de voir à quel point le langage est réticent (ou impuissant?) à innover devant de nouvelles techniques: tout comme on parle de ‘journal’ télévisé, on tourne la ‘page’ culture à la radio ou on ouvre un ‘dossier’ dans l’ordinateur, en des termes hérités de la presse écrite, bateaux et avions ont commencé par suivre des ‘routes’, forcément très terrestres. Eh bien, c’est la même chose pour les pilotes.

La racine du ‘pilote’ est en effet le…pied. Bon, d’accord, ce n’est ni un marcheur ni un coureur, mais le terme français vient du mot italien (disons romain) ‘pilota’ (jusque là, pas de quoi se mélanger les pédales). Or, ce ‘pilota’ descend lui-même d’une variante dialectique du grec -plus précisément byzantin- qui est ‘pédôtès’ (non, pas pelotés) dans lequel vous retrouvez la proximité de ‘pédestre’, ‘pédicure’, ou ‘pédale’ justement, bref tout ce qui peut avoir un rapport avec le mouvement, le soin, ou l’action du pied. Et alors, me direz-vous, cela nous fait une belle jambe!

C’est tout simplement qu’en Grèce, ce pied est une belle plante (de pied) qui a donné de très nombreux sens au cours de l’Histoire, le tout étant de considérer la forme de la chose, que vous pouvez mettre à toutes les sauces ou presque (en trempant l’orteil avant): à part la partie de membre humain elle-même, vous pouvez y voir une palme (facile), un battoir (à linge), une serre d’oiseau, un pied…de table, le bas d’une montagne (au pied du sommet), une pousse végétale (un pied de salade), ou encore une plaque de bois qui trempe sous la ligne de flottaison à l’arrière (au pied) d’un bateau, à savoir un…gouvernail, ou plus précisément une gouverne de direction.

On est donc passé tout naturellement du battoir ou du plat d’une rame qui sert à godiller donc à garder le cap du navire, à la pièce mobile qui permet de diriger l’avion dans la bonne direction, l’homme qui est à l’autre bout (du manche, quel qu’il soit) devenant alors logiquement ‘celui qui oriente le ‘pied’ de l’appareil, autrement dit le ‘pilote’…Ne me faites pas dire pour autant que certains pilotent comme des pieds, mais parfois on se dit que la grève des pilotes, c’est pourtant pas le pied! Sauf étymologiquement bien sûr.

(*) voir aussi ‘grève’ dans les articles du 14 juin 2014 (grève des trains) ou du 01 novembre 2013 (grève du football)


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>