Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Pingouin chypriote

Pingouin chypriote

Rassurez-vous, le titre de cette chronique est un assemblage tout à fait gratuit et ne représente qu’un clin d’oeil qui rapproche les deux mots qui seront probablement les plus médiatisés dans les semaines qui viennent. Le premier, pour cause de rime dans une chanson de l’ex-Première Dame de France (1); le second, pour des raisons de politique monétaire européenne. Hélas, l’un ou l’autre ne donnent pas matière à des analyses étymologiques très profondes, mais leur simple origine respective réserve quand même quelques surprises. D’où l’idée de cet attelage inattendu pour remplir quelques paragraphes.

La première (surprise) est plutôt mauvaise, puisque l’origine linguistique du petit alcidé volant habillé de noir et blanc correspond à la définition la moins intéressante des dictionnaires: «pingouin: origine obscure». Tout au plus savons-nous que le mot fait son apparition sur la pointe des pattes au début du 17è siècle, dans un anglais encore instable, sous la forme de ‘penguyn’…De valeureux -et surtout téméraires- étymologistes osent écrire que le mot est breton, déformation saxonne de ‘pen-gwen’. Si chaque syllabe existe bel et bien dans la langue d’Armor, la construction est des plus hasardeuses, et signifierait quelque chose comme ‘la pointe (pen) blanche (gwen)’, allusion -selon eux- aux extrémités des membres de l’oiseau, qui sont précisément…noires. Restons donc dans l’obscurité de ce plumage autant que de ce ramage.

A défaut de briser la glace de la connaissance, le pingouin va par contre frapper les esprits: silhouette populaire autant que vaguement ridicule, il désignera tour à tour les serveurs de restaurants, par analogie avec la couleur de sa livrée (veste et pantalon taille -très- basse noirs sur plastron de chemise blanche); autour d’une table de casino, il désigne en général le maitre de jeu (à cause du smoking réglementaire). Dans certains Milieux -police ou délinquants-, ce sera le surnom des avocats (robe noire et plastron blanc à nouveau). Et pour les militaires de la Marine ou de l’Armée de l’Air, il évoque les pilotes de l’Aéronavale (vue la forme -très approximative!- de leur écusson). En tous cas, voilà qui nous ramène davantage du côté de la mer.

Est-il besoin de rappeler que le pingouin n’est pas (un?) manchot, et que, contrairement à ce que l’on croit parfois, ce cousin strictement piéton ne doit en rien son surnom à la couleur ou à la forme de ses manches. Mais, comme pour le nom commun ou l’adjectif homonymes qui s’adressent souvent à des humains maladroits, le mot vient du latin ‘mancus’, que l’on a connu en ancien-français sous la forme ‘manc’. Le mot ne vous dit sans doute rien, mais nous avons gardé le verbe construit sur cette racine: manquer! Manquer de quoi? D’un membre ou d’une partie de membre; d’où le sens de ‘estropié’, puis maladroit. A l’origine, un manchot est donc quelqu’un à qui il manque quelque chose (de nos jours, on penserait plutôt à quelques cases du cerveau), ou qui ne tient pas droit (sur ses pieds). On peut donc être manchot d’autre chose que du bras. Exemple: en ratant un penalty, ce footballeur est un manchot. Vous pouvez aussi dire qu’il joue comme un pied, mais bon…

Ceux qui ont l’impression qu’on leur a coupé un bras, ce sont les Chypriotes, infortunés…pigeons d’une taxe qui ampute arbitrairement leur compte en banque pour cause de redressement économique. Outre la mention anecdotique d’un grand (et sérieux) hebdomadaire qui faisait remarquer que le prénom du gouverneur de la Banque Centrale du pays était ‘Panicos’ (=celui qui crée la panique, en grec), petite devinette au sujet de l’étymologie du nom de l’île méditerranéenne en question. Chypre, à votre avis?

Le mot est dérivé d’un mot grec (au grand dam des co-propriétaires turcs), qui est ‘kupros’, et qui signifie le cuivre. Tout simplement en référence aux mines de cuivre nombreuses et très productives sur ce caillou pendant l’Antiquité. Là encore, quelques fascicules imprimés (et même des sites web) s’aventurent à définir Chypre comme «l’île des cyprès»; sans vraiment y regarder de…si près car le nom de l’arbre des cimetières vient en fait du latin ‘cupressus’ (le nom générique de la variété), lui-même issu du grec ‘kuparissos’, surnom semble-t-il d’un mortel qui avait irrité le dieu Apollon, lequel l’avait illico changé en sucette végétale d’un beau vert bouteille. De plus, il y a des endroits où il y a beaucoup plus de cyprès qu’à Chypre…où il y en a peu! Y compris donc étymologiquement.

(1) vous savez sans doute que la rumeur parisienne attribue la destination de la flèche à François Hollande, auquel Carla Bruni reproche un défaut de baise-main à son égard lors du départ de l’Elysée.


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>