Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

referendum

…ou référendum, si vous préférez l’adaptation française (avec les accents) d’un mot latin, comme vous l’aviez déjà deviné. Cette consultation démocratique, destinée à demander au peuple son avis (les autres scrutins sont-ils donc différents?), n’a pas d’étymologie surprenante, mais quelques sens cachés qui peuvent donner matière à dérapages, que l’on soit en Ukraine ou en Europe. Tout dépend ce que l’on demande au peuple, qui le demande, et surtout comment on pose la question. Seule condition: respecter la réponse des gens consultés (en principe).

La tradition populaire colporte la plaisanterie suivante, connue depuis le 19è siècle dans le monde politique, et attribuée à divers événements: L’histoire se passe à la veille d’un référendum; un paysan (censé, à l’époque, être moins averti des choses civiques que les citadins) demande à son député ce que signifie ce mot. Et l »autre lui répond calmement : «c’est juste un mot latin qui veut dire…oui!». Plébiscite déguisé?

En réalité, il s’agit simplement de ‘rapporter’ l’opinion de la nation à son dirigeant (président de la République, roi, régent, empereur, dictateur -cochez la mention utile). A l’origine, il y a le verbe latin ‘ferre’ (porter) ou re-ferre (re-porter au sens de ra-pporter, et non de différer); le parallèle est transparent; seule différence: deux ‘r’ en latin, un seul en français. Sur cette racine, toute une famille linguistique évoque la transmission d’une information ou d’un message, parfois très spécifique; en voici quelques formes:

Quand vous vous ‘référez’ à une idée ou à une indication, c’est que vous respectez le lien ou la direction que l’on vous a indiqués. D’ailleurs, quoi ou qui que ce soit, cela devient une ‘référence’, ou, dans certains contextes, votre référent ! Plus gravement, un ‘référé’ en justice suppose que vous demandez l’intervention immédiate de la Justice pour (faire) dire quelque chose de très précis et d’urgent à votre adversaire.

Quant au référen-dum, c’est ce que l’on appelle un gérondif d’obligation, le suffixe exprimant le fait qu’il ‘faut’ faire quelque chose. De la même façon qu’il y a un ‘agenda’ (pluriel de ‘agendum’: les choses qu’il faut faire), le résultat d’un référendum est ce qui doit être rapporté (rajouté, modifié ou créé) dans le destin d’un peuple. La mission peut d’ailleurs être confiée à un…rapporteur, forcément. A condition que il ne soit pas une pièce rapportée.

ps: contrairement aux apparences, le panneau qui illustre cet article est donc bien une obligation et non pas une interdiction…


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.