Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Résilience

Est-ce la crise (d’inspiration?) dans le répertoire militaire français, qui se lance dans la psychologie réparatrice en abandonnant la lignée des Opérations ‘animales’ comme Epervier (Tchad, 1986) Licorne (Côte d’Ivoire, 2002) ou Serval* (Mali 2013)? Il est vrai qu’il s’agit cette fois de se battre « non pas contre un pays ou une nation » (dixit Manu) mais contre un virus, en assurant l’évacuation et le transport de personnes atteintes que l’on va retirer des zones les plus sensibles en les reculant par rapport au front…C’est exactement l’étymologie de ce mot!

A l’origine, il n’était pas question évidemment d’Airbus ou de TGV médicalisés mais d’un simple saut en arrière, d’après le verbe latin ‘resilire’, formé avec le préfixe ‘re-‘ (en arrière, comme re-tourner, re-venir, etc) et la racine ‘silire’ (forme contractée de saillir ou sauter, selon le contexte). Bref, il y a du retour dans l’air, histoire de faire un pas de côté ou d’éviter une éclaboussure en se reculant vivement, comme le comprenaient les Romains au sens propre (sauf en cas de boue).

Puis est venu un sens davantage figuré, pour exprimer le retour d’une idée ou d’une action, comme une affaire judiciaire que l’on relance ou un événement qui rebondit grâce à de nouveaux éléments…C’est exactement le sens que nous transmettra (pour une fois) la langue anglaise qui va conserver (pour une autre fois) le mot latin tel quel pendant quelques siècles et le…ressortir au 17ème siècle avec l’adjectif ‘resilient’.

A l’époque de l’industrialisation, l’idée de rejaillir ou de rebondir va à nouveau se spécialiser pour mesurer la capacité de résistance aux chocs de certains matériaux. Exemple: la mousse ‘à mémoire de forme’ de nos matelas modernes a une excellente résilience (ils reculent sous votre poids et reprennent ensuite leur forme initiale).

Question sens figuré -merci encore à nos meilleurs ennemis- le mot moderne signifie toujours résistant ou tenace (psychologiquement ou nerveusement) mais aussi souple (comme un élastique par exemple, qui revient toujours…). C’est ainsi qu’en psychologie, le terme va finir par définir les mécanismes qu’un individu met en place pour absorber un (ou des) traumatisme(s) et trouver les ressources pour s’adapter à un nouvel équilibre.

Pas besoin de trop de commentaires pour voir à quel point cette définition peut s’appliquer aux efforts conjugués de l’Armée et de la Médecine pour amortir le choc de la crise actuelle…Notez que la seule résilience dont votre propriétaire est parfois capable vient de la même racine mais se dit, cette fois, ‘résiliation’ autrement dit, en cas de désaccord sur le (paiement du) loyer, un retour en arrière sur la parole donnée dans le contrat de bail.

Et avant même ce mot de ‘résiliation’, adopté par l’Académie Française au milieu du 18ème siècle, on utilisait encore ‘résiliement’, très proche du verbe latin, mais qui n’a rien à voir avec un ‘résile’ devenu…résille, à savoir un ‘réseau de fils’ caractéristique des bas féminins. Remarquez bien que nos militaires, eux aussi, ont certainement besoin de leurs réseaux pour mener à bien l’opération Résilience, mais sûrement pas étymologiquement!

(*) Voir en archives l’article consacré à l’époque à l’analyse surprenante du gros chat des sables.


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.