Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Ruffin (François)

Ruffin

C’est l’homme qui fut en tête des défilés et parfois des journaux lors de ce 1er mai des travailleurs, un député de Picardie élu à l’Assemblée Nationale dans le groupe du parti de ‘La France insoumise’ et donc moins ‘visible’ que son bruyant collègue Mélenchon mais dont la propre voix se fait entendre de plus en plus. Le patronyme est moins évident (1), bien que vous connaissiez peut-être son homonyme (à une lettre près, mais cela ne change rien à la racine) l’académicien Jean-Christophe Rufin, écrivain et diplomate français…

En fait, pour deviner l’origine de leur nom, il suffirait de regarder leur photo, mais, avec le temps et les générations passées depuis le premier surnom de leur ancêtre, pas moyen de dépister quoi que ce soit sur le museau de l’un ou de l’autre de nos jours (cette fois, c’est littéralement pas évident!). Ruf(f)in est en effet un simple adjectif décrivant une particularité physique, comme c’est souvent le cas pour désigner un congénère, en l’occurrence la couleur des cheveux (ou éventuellement du poil sur le corps tout entier), soit le ‘ruf’, autrement dit le roux.

Au début de l’histoire (et presque de l’Histoire), il y a l’adjectif latin ‘rufus’, exactement comme le pseudo du comédien Jacques Narcy dit Rufus (dont on distingue mal les cheveux, roux ou pas, sur le crâne), que l’on va donc traduire par roux voire rou-ge, ou mieux encore rougeâtre, ce qui accrédite l’hypothèse capillaire d’une teinte naturelle plus nuancée qu’une teint-ure (à l’époque) végétale…Bref, la particularité s’appliquera à plusieurs lignées familiales romaines renommées, dont un philosophe, plusieurs écrivains ou encore des militaires de haut rang dont un contemporain de Jules César qui ira jusqu’à «se suicider volontairement» (sic) comme le dit une encyclopédie en ligne pas rouge de honte pour autant.

C’est sans doute cette ascendance de personnages célèbres qui rendra le (sur)nom de plus en plus courant en Italie (Ruffini, Ruffinetti de nos jours) mais aussi en Gaule, via un martyr du 4ème siècle devenu saint (what else?) qui fera également de ce nom un prénom, souvent exporté par nos ancêtres les normands vers la Belle Province du Nouveau Monde, d’où les nombreux Rufus acadiens dont le musicien -cajun!- Thibodeaux (2)…Parallèlement, la racine restée en Europe va, elle, donner les Ruffin mais aussi les Rouffin, Rouffier, Roffier et son diminutif ‘atlantique’ Rofineau; alors que le même ‘petit roux’ formé sur l’adjectif académique va de son côté créer des…Rousseau (comme Jean-Jacques).

Mais attention, ne confondez pas le ruffin avec un rouffian, lequel, comme dans le film de José Giovanni (1983) avec Lino Ventura et Bernard Giraudeau, n’est pas forcément un rouquin mais un ’pourri’, d’après l’italien ‘ruffiano’ (rouffia, la moisissure), lui-même hérité d’un précédent et lointain son guttural germanique (hruf) désignant des…escarres.

Même méfiance avec les Ruffe, Ruffet, Ruffat et même Ruflin (notez l’apparition d’un L distinctif dans le mot), également calqués et déclinés sur la même racine teutonne du 10ème siècle, au sens (propre) d’une ‘personne à la peau dure’ (les escarres!), puis d’un ‘homme au caractère rugueux’ au figuré, ce que ne sont pas loin de penser certains membres du gouvernement au sujet des Ruffin…

Voilà quelques éléments pour comprendre l’origine -au moins linguistique- de ce…marcheur (3), au sujet duquel une pétulante Secrétaire d’Etat pérorait l’autre soir à la télévision en prétendant rectifier en bon français le thème de la manifestation de M.Ruffin, «La Fête à Macron», faisant ainsi remarquer…à tort qu’on doit dire pour être correct «la fête DE Macron». Or, Madame, il n’était pas question en ce jour-là de ‘souhaiter la fête (comme on dit l’anniversaire) DU Président’, mais bien, dans l’esprit des manifestants, de «lui faire SA fête», donc de faire la fête A Macron, avec une préposition de ‘destination’ tout à fait logique, mais manifestement pas…évidente pour tout le monde!

(1) Au sens étymologique. C’est-à-dire qu’il se ‘voit’ moins, physiquement ou intellectuellement, et non pas pour qualifier n’importe quoi comme on le pratique actuellement («les grèves, c’est pas évident»)

(2) Dans la chanson ‘acadienne’ de Michel Fugain

(3) A l‘attention des lecteurs de l’autre bout du monde, pas forcément au fait des détails de la vie politique française: ‘Marcheurs’ est justement le nom des militants du parti présidentiel auquel s’oppose notre François…


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>