Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

sanglier(s)

sanglier

Bonne nouvelle pour les sangliers bretons, qui vont désormais pouvoir être indemnisés: « L’ANSES, Agence de sécurité sanitaire de l’Environnement, estime hautement probable que la mort de 36 sangliers, cet été en Bretagne, soit due à du sulfure d’hydrogène produit par des algues vertes, sans pouvoir affirmer s’il s’agit du seul facteur » (Source AFP). Les êtres humains cancéreux, eux, ayant moins de chance quand ils sont déboutés au bout de 25 ans de procédure après la catastrophe de Tchernobyl, il semblerait donc que « sanglier » soit suffisamment intéressant pour qu’on s’en approche, au moins étymologiquement parlant, et en se pinçant le nez.

Sanglier est un mot singulier, à tous les sens du terme. En effet l’un est tout simplement la contraction de l’autre! L’adjectif singulier a été raccourci (probablement par prononciation erronée) en singlier, puis sanglier. La forme initiale a survécu dans un certain nombre de langues, la plus expressive étant l’anglais, avec un « single » de même racine, qui sert aussi bien à qualifier une réservation de couchette dans un train de nuit qu’à mentir sur son profil pour draguer sur un site de célibataires. L’idée principale est donc bien de caractériser quelque chose ou quelqu’un chose qui est unique, pas au sens d’exceptionnel mais plutôt, au contraire, de solitaire, voire sauvage.

Or donc, vers la fin du 13è, monsieur sanglier s’appelle « porcus singularis », expression latine qu’on peut traduire sans difficulté par « cochon solitaire ». On connaissait le ver (solitaire), mais le cochon…Eh bien si! Pour nos ancêtres, le sanglier est sauvage, au contraire du porc, qui est domestiqué. L’un vit seul (la plupart du temps, même s’il faut qu’il s’arrête de temps en temps de grommeler pour faire quelques marcassins); l’autre vit en groupe en se prélassant dans la fange, ne pensant qu’à faire des cochonneries.

De plus, en liberté dans la nature, le moustachu odorant est un anti-OGM farouche puisqu’il détruit (entre autres) les champs de maïs, faisant crier aux agriculteurs « sus au suidé! »(1). Alors que le porc salue la fermière qui le nourrit grassement et fait docilement aux truies ce dont je suis sûr que vous ne voudriez pas qu’il vous fasse. Moralité, chez les cochons, c’est comme dans le foot, il faut se la jouer collectif si on veut s’en sortir.

Le porc est donc pluriel, et le sanglier singulier, je pense que c’est clair maintenant. D’ailleurs, à force de se…singulariser, notre futur bouffeur d’algues vertes toxiques (Mais que diable allait-il faire dans cette galère?) va contribuer à faire varier légèrement le sens de l’adjectif: au cours des siècles, singulier va devenir non seulement l’opposé de pluriel, mais aussi le synonyme de bizarre. Exemple: « ce ministre est un singulier personnage » ne signifie pas forcément qu’il vit seul…

Voilà donc pour l’étymologie de la bête à poil dur…Mais, au fait, y-a-t-il des humains qui portent ce patronyme? Oui! Les Sanglé, Sangler ou Sengler, anciennes formes de…Sanglier, pour désigner par imitation un solitaire, un homme peu sociable (ce qui ne veut pas dire qu’il vit comme un cochon pour autant). On trouve même une variante du mot assez rare, avec le nom composé Sangleboeuf, surnom emprunté à l’animal éponyme, le sangleboeuf étant évidemment le « boeuf solitaire » cette fois, autrement dit celui qui pouvait tirer une charrue tout seul.

Dernière précision concernant le sanglier, avec ce qui n’a pas de rapport avec lui; le sanglier n’est un pas « sanglé », la sangle (autrefois écrite sengle) vient d’un mot latino-italien (cingula) qui évoque quelque chose ou quelqu’un de « ceint ». D’où à la fois le mot ceinture, qui permet de ceindre la taille par exemple; et aussi le mot « cingle », courbe lascive d’un méandre de rivière qui enceint un terrain, comme par exemple ceux de la vallée de la Dordogne, entre autres. Vous le voyez, le sanglier n’est pas du genre à se serrer la ceinture.

En conclusion, je voulais vous dire que j’ai lu dans un (petit) journal dangereusement autonomiste que ce génocide thalasso-balnéaire serait peut-être un complot des exploitations porcines de Bretagne contre la minorité sanglière locale. Cet article, franchement, j’aimerais que vous le…lisiez!

(1) du latin « suus », le porc, d’où le nom de la famille zoologique de tout ce qui porte groin, les sui-dés.


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>