Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

série bizarre : Bigotte

Bigotte titre

Tous et toutes les Bigotte ne vont pas à l’église, beaucoup s’en faut, même si quelqu’un dans leurs ancêtres a forcément eu un jour un rapport avec Dieu; le seul problème, c’est qu’il s’agit davantage d’une histoire d’injure que de dévotion excessive ou bien-pensante, car, à l’origine de ce nom, il y a probablement quelques rustres chevelus et braillards que l’on verrait difficilement tremper le bout de leurs ongles noirs dans un bénitier. Et pour cause: ce sont des Normands, c’est à dire qu’ils font partie des tribus celtes qui occupaient l’ouest gaulois bien avant que les armées de Jules ne viennent goûter le bon cidre doux made localement.

Bigotte, ou Bigot au masculin, sont en effet une agglutination des deux mots saxons ‘Bî Gott’ (en anglo-saxon…By God!), qui était tout à la fois un cri de guerre, un juron, ou n’importe quoi de sonore dans la bouche des hommes de la tribu, une sorte d’interjection automatique bien avant que les marseillais ne rajoutent des ‘…con’ à la fin de toutes les phrases. D’ailleurs, à cette époque, les Bretons ont vite compris le tic, et appellent très officiellement leurs voisins les ‘Bigoz’, ce qui se passe de commentaire.

Bigot signifie donc ‘Par Dieu’ en français, expression qui sera elle-même ‘étirée’ en…’de-par-Dieu’ quelques siècles plus tard, surnom qualifiant ceux qui juraient à tout bout de champ, et qu’un certain Gérard transformera en ‘ma couille’ (c’est dire la présence divine réelle dans le mot!).

Alors, d’où vient ce sens de ‘grenouille de bénitier’ qu’on lui donne habituellement? Au fil du temps, la force du juron s’est affaiblie, devenant simplement le surnom de ‘ceux qui n’ont que Dieu à la bouche et qui l’invoquent à tout propos’…Certains prétendent que la forme péjorative de Bigot est Bigard, mais il est plus probable que sa vraie racine soit ‘big’ (si, si, grand), pourtant évocateur de quelqu’un qui dit des..énormités! Ce qui ne l’empêche pas éventuellement d’être un peu bigot quand il croise un pape.

Plus fort encore: en 1881, un certain Romain Bigot participe au très officiel Carnaval de Paris, pendant lequel il a l’idée de confectionner un cornet de carton, sorte de haut-parleur dans lequel tout Paris (et l’Europe!) se mettra à ‘tutter’ du bout des lèvres les chansons du moment. La forme de pavillon de l’objet ressemblant aux cornets des ‘transmetteurs sonores à fil’, on va les surnommer des Bigotphones pour cette raison! Voilà une conclusion un peu téléphonée, mais garantie sans bigoterie.


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>