Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

série bizarre: M.Groleau

Groleau titre

En voilà un qui a tout gagné, c’est souvent ce qu’on peut se dire en entendant ce nom, mais sûrement pas dans le sens du ‘gros-lot’. Dans l’histoire, les Groleau auraient même plutôt tendance à y laisser des plumes, puisque l’étymologie de leur nom a un rapport avec le ‘grole’, un terme d’ancien-français qui désignait un…corbeau. Issu du latin graculus, le grole définit pendant des siècles indifféremment un geai ou une corneille, avec toutes les variantes qu’on (ne) leur connaissait (pas encore).

En effet, la nomenclature ornithologique n’était pas très au point du temps des romains, qui fréquentaient plutôt ce petit corvidé noir aux yeux quasi-transparents qu’on appelle aujourd’hui le choucas, ou la corneille des clochers. Plus tard dans nos régions, proche des hommes et plutôt effronté, ce grole a pu donner son nom, par comparaison avec son plumage, à des gens vêtus tout de noir (surtout peut-être aux alentours des églises?), ou, dans un autre domaine, à des personnes à la voix éraillée comme son cri strident (d’ailleurs, ‘grole’ vient probablement d’une onomatopée de ‘groâ, groâ’…)

On peut même aller jusqu’à imaginer un parallèle avec le comportement de l’oiseau toujours en recherche de cavités, et l’appliquer à quelqu’un qui avait l’habitude de se cacher ou de vivre dans un recoin de maison. (Si çà vous paraît bizarre comme rapprochement, pensez à votre comportement la prochaine fois que vous…lézarderez au soleil!).

Mais beaucoup d’entre vous penseront sans doute à la grole, un terme d’origine obscure (ré-)apparu en Provence vers le XIIIè siècle, fidèle au sens latin de ‘vieux soulier’. Pour bien le distinguer, on le trouve plutôt avec l’orthographe en deux ‘L’, mais avec quelques homonymes comme Grol(l)eau en Vendée, ou des Grollau(d) de la Loire à la Gironde; mais le patronyme issu de ce mot est le plus souvent Grollier, Groslier, voire Grolhier (en Dordogne), forme très évocatrice d’un métier, celui qui réparait les grolles, c’est à dire les savates.

Attention: en ces temps-là, une savate, ce n’est pas une pantoufle usée au talon écrasé, mais quelque chose qui a un rapport avec une ‘sabate’, qui fait partie de la même famille que le…sabot, donc une chaussure lourde et épaisse et non pas une charentaise épuisée de fatigue. Les Groleau étaient donc des savetiers; et trouvez çà beau?

Ps: vous avez gagné…le droit de vous reposer jusqu’au 1er janvier; mais si vous voulez connaître le secret de St Sylvestre, cliquez sur ce lien:

http://www.etymo-logique.com/le-mot-du-jour/divers/st-sylvestre/

Bonne Année!


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>